-------

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Officiers et anciens élèves -

 


 Paul Marcel TESTE

(1892 - 1925)

 

 

 

Né le 2 octobre 1892 à LORIENT (Morbihan) - Décédé le 13 juin 1925

 

Aviateur naval français qui consacra la majeure partie de sa carrière à la promotion de l’aviation navale. Premier aviateur français à s’être posé sur un porte-avion, il a donné son nom au ravitailleur d’hydravion Commandant Teste.

 

Fiche Mémorial

 

Source Web et informations



Né à Lorient dans une famille de militaires, Paul Marcel Teste est le fils d’un adjudant du 1er régiment d'artillerie de marine et d’une Lorientaise.

Brillant élève, il se présente à l’École navale en 1909.

 

 

Il a alors 17 ans.

 

 

Aspirant en 1911, il est promu Enseigne de Vaisseau de 2e classe en 1912 et Enseigne de 1re classe à la déclaration de guerre.

Prenant part aux opérations en Méditerranée et en Adriatique, il se sent attiré par l’aviation et obtient sa mutation comme observateur aux escadrilles B101 et B102 à Dunkerque en 1917.

 

Extrait Cols Bleus / 28 septembre 1985

Remerciements Dominique Duriez

 

 

 

Le 26 mai 1917 son hydravion est contraint à l’amerrissage par une patrouille de chasseurs allemands. Fait prisonnier, Paul Teste est interné à Karlsruhe.

 

Téléchargement PDF / Lien web

 

Après une tentative d’évasion avortée, il est transféré au camp disciplinaire de Magdebourg, d’où il parvient à s’échapper et regagne la France en janvier 1918. Promu Lieutenant de Vaisseau en septembre 1918, il devient instructeur sur hydravion.

Décoré de la Légion d’Honneur et de la Croix de Guerre avec palmes, il est nommé à la tête de l’Aviation d’Escadre, première formation d’aviation embarquée constituée en France.

 

 

Chargé de tester les avions et d’étudier les meilleures techniques, il est le premier à se poser sur le porte-avions Béarn au large de Toulon le 20 octobre 1920.

Promu Capitaine de Corvette en juillet 1922, il se fait un ardent défenseur des porte-avions en France, mais aussi un propagandiste de l’aviation sous toutes ses formes. Ainsi en 1924 il parcourt la France à bord d’un hydravion FBA-17 pour reconnaitre les plans d’eau utilisables pour les hydravions en difficulté au dessus du territoire.

Affecté au cabinet militaire du Ministre de la Marine, Paul Teste veut aussi tenter sa chance sur l’Atlantique et obtient la mise à sa disposition du prototype Amiot 120. Alors qu’il effectue des essais de mise au point avant un raid préliminaire qui doit le mener de Paris à Karachi sans escale, le monomoteur s’écrase au décollage à Villacoublay le 12 juin 1925. Gravement brulé, Paul Teste décède le lendemain.

Après des obsèques officielles quatre jours plus tard à Paris, il est inhumé à Lorient le 25 juin au cimetière de Carnel.

A titre posthume il est promu Capitaine de Frégate et fait Commandeur de la Légion d’honneur.

 

Source Web

 

 

Extrait Cols Bleus / 3 février 1950

 

Autres informations :

Né le 2 octobre 1892 à LORIENT (Morbihan) - Décédé accidentellement le 14 juin 1925 à l'Hôpital de VERSAILLES (Yvelines).

Entre dans la Marine en 1909, Enseigne de vaisseau de 2ème classe le 5 octobre 1912; port TOULON.

Il participe aux travaux de la mission hydrographique de MADAGASCAR et de MAYOTTE. En juin 1914, sur le torpilleur "MAGON".

Enseigne de vaisseau de 1ère classe le 5 octobre 1914. il prend part aux opérations en Méditerranée, en Adriatique puis sur les bancs de FLANDRE. En mars 1917, il opte pour l'aviation maritime comme observateur. Son avion est abattu une première fois le 26 mai 1917, dans la région dunkerquoise au cours d'une patrouille anti-sous-marine.

 Il est cité à l'ordre de l'Armée navale : "Officier d'élite, d'une bravoure et d'un dévouement au dessus de tout éloge. Au cours d'une patrouille contre un sous-marin, attaqué par des avions de chasse ennemis, a soutenu courageusement le combat. A bord de son hydravion mis hors de combat et coulant bas d'eau, a donné des preuves magnifiques du plus absolu mépris du danger et du plus noble esprit de sacrifice.".

Chevalier de la Légion d'Honneur.

Croix de Guerre.

À nouveau abattu en mars 1918, il est fait prisonnier mais parvient à s'évader.

Lieutenant de vaisseau le 26 septembre 1918. Il suit les cours d'Élève pilote d'hydravions au C.A.M. de SAINT-RAPHAËL.

Excellent pilote, il est nommé second du C.A.M. de CAMARET.

Officier de la Légion d'Honneur.

En 1920 il réintègre le C.A.M. de SAINT-RAPHAËL.

 

1924

 

Cet Officier s'écrase avec son appareil à l'entrainement sur le terrain de VILLACOUBLAY le 13 juin 1925. (Capitaine de frégate à titre posthume).


Il sera le premier aviateur français à se poser sur un porte-avion.

 

 

Ouest-France / 15 juin 1925

 

Ouest-France / 16 juin 1925

 

Ouest-France / 17 juin 1925

 

Ouest-France / 18 juin 1925
 

 

 

 

 

Extrait Cols Bleus / 18 juin 1955

 

 

Extrait Cols Bleus / 3 avril 1965

 

 

 

 

Complément

Remerciements Jean-Claude Leroux / SHD Lorient

 


 

Remerciements Bernard Dulou

Remerciements à Gilles Jogerst / Généamar pour ses recherches et la mise à disposition de ses données

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/liste_sujet-1.htm

 

 

Retour Officiers et anciens élèves

 

     

 

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://www.gitesclossaintjouin.com    http://staffie.tribu.griola.free.fr

 

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010 - MERCI à TOUS !