-------

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Officiers et anciens élèves -

 


 Albert ROUYER

(1857 - 1930)

 

Remerciements photo / Laurent Danjou

 

Né le 26 décembre 1857 à Paris (Seine) - Décédé le 22 mars 1930 à TOULON (Var)

Père de Pierre Michel Albert, promotion 1907

 

Entre dans la Marine en 1874 (port TOULON), il embarque sur le "FLORE".

Aspirant le 5 octobre 1877, successivement sur le "SOUVERAIN" et le "RICHELIEU".

Au 1er janvier 1879, sur le croiseur "DECRÈS", Division navale de l'Océan Pacifique (Cdt Louis CHEVALIER).

Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1879.

Au 1er janvier 1881, même affectation sur le croiseur "DECRÈS" (rentrant en France), puis sur le "VICTORIEUSE", Division des Mers de CHINE.

Il prend part aux opérations du TONKIN en 1883.

Affecté ensuite aux Fusiliers Marins, il participe aux opérations de MADAGASCAR.

Lieutenant de vaisseau le 4 novembre 1884.

Au 1er janvier 1885, port TOULON, puis, Second sur le croiseur "FABERT", Division navale du Pacifique (Cdt Paul COCHET).

Chevalier de la Légion d'honneur, le 5 mai 1889

Officier élève à l'École des Officiers torpilleurs de TOULON.

Officier breveté Torpilleur en 1888.

Professeur de tactique navale sur l' "IPHIGÉNIE", puis en avril 1891, idem à l' École de guerre.

Le 26 novembre 1893, Commandant l'aviso-torpilleur "LÉVRIER", Escadre de Méditerranée, puis le torpilleur "AVENTURIER" en 1896.

Au 1er janvier 1897, Commandant les torpilleurs "CORSAIRE", "ARGONAUTE", en réserve 2ème catégorie à TOULON. En avril sur le croiseur "ALGER".

Capitaine de frégate le 23 août 1897.

Second sur le "REDOUTABLE".

Aux 1er janvier 1899, 1900, Second sur le croiseur "IPHIGÉNIE", École d'application des Aspirants (Cdt Henri MANCERON).

Officier de la Légion d'Honneur, le 17 juillet 1900

Officier de l'instruction publique.

Aux 1er janvier 1901, 1902, 1903, 1904, Professeur à l'École Supérieure de la Marine 13 rue de l'Université à PARIS; (Marine française - Tactique et stratégie - Points d'appui -).

Capitaine de vaisseau le 10 mars 1905.

Au 1er janvier 1906, port TOULON.

Il commande ensuite le "CHASSELOUP-LAUBAT", Station de TERRE-NEUVE.

Le 10 septembre 1907, Commandant le "BORDA", École navale en rade de BREST.

Idem au 1er janvier 1909.

Au 1er janvier 1911 (nomination du 14 février 1910), Commandant le croiseur cuirassé "ERNEST-RENAN", auprès du Vice-amiral Jean BELLUE, Commandant en chef la 1ère Escadre.

Contre-amiral le 24 décembre 1911.

 

Extrait Ouest-France / 13 juillet 1913

 

Le 28 août 1913, Commandant la 2ème Escadre légère, pavillon sur la "MARSEILLAISE" en vertu des accords franco-anglais de 1913 (coopération avec la Home Fleet en cas de conflit avec l'Allemangne en barrant l'accès du Pas-de-Calais). Cette formation était constituée de 6 vieux croiseurs, 3 escadrilles de petits torpilleurs, 3 escadrilles de sous-marins.

Le 3 août 1914, il quitte CHERBOURG pour le Nord-est afin de remplir cette mission qui aurait pu se révéler "suicidaire" si la Grande-Bretagne avait conservée sa neutralité. Il put aller protéger des convois en Manche occidentale.

En avril 1915, Major général de la flotte à TOULON, Préfet maritime du 5ème arrondissement en avril à TOULON.

Commandeur de la Légion d'honneur, le 26 janvier 1916

Vice-amiral le 10 mars 1916.

 

 

En décembre 1917, Membre du Conseil Supérieur de la Marine. Inspecteur général permanent puis Préfet maritime du 1er arrondissement à CHERBOURG en 1918.

Grand Officier de la Légion d'honneur, le 24 janvier 1919

Il quitte le service actif en décembre 1919.

 

 

Extrait Ouest-France / 25 avril 1921

 

 

Extrait Ouest-France / 26 mars 1930

 

 

Complément :

Préfet maritime, commandant en chef de la Ve région, et gouverneur du camp retranché de Toulon le 1er avril 1916, sous le régime de l'état de siège, il prend une série d'arrêtés pour restreindre au quartier réservé le racolage, qui a explosé du fait de la guerre. Les contrevenantes encourent la rétention dans des locaux disciplinaires. En juillet, ces arrêtés administratifs sont attaqués pour excès de pouvoir par deux prostituées, les femmes Dol et Laurent, agissant en tant que telles-car il faut exciper d'un grief pour agir, les pouvoirs définis de l'amiral gouverneur ne permettant pas d'interdire l'accès aux établissements publics. L'arrêt du Conseil d'État "Dames Dol et Laurent" du 28 février 1919 a fondé la jurisprudence des libertés publiques en circonstances exceptionnelles ; il est toujours étudié à ce titre dans les facultés de droit.

Il est bien décédé en 1930 : De passage à Toulon, il est logé à la préfecture maritime par le vice-amiral Vindry qui était son chef d'état-major à la 2e escadre légère en 1914. et meurt dans sa chambre, laissant Vindry organiser les obsèques d'un commandant en chef en temps de guerre

Dossier Légion d'honneur / Lien web

 

 

Remerciements photo et complément / Laurent Danjou

Remerciements à Gilles Jogerst / Généamar pour ses recherches et la mise à disposition de ses données

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/liste_sujet-1.htm

 

Retour Officiers et anciens élèves

 

     

http://www.serpent-a-lunettes.com  -  http://www.nommo.fr

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales !

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://staffie.tribu.griola.free.fr  http://tcdorage.free.fr       

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010 - MERCI à TOUS !