-------

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Officiers et anciens élèves -

 


Maurice LARROUY

(En littérature, René Milan)

(1882 - 1939)

 

 

 

Né le 9 juin 1882 - Décédé le 18 juillet 1939 à MUENG sur LOIRE (Loiret)

Marié le  20 décembre 1916 à Paris (II e Arr.) avec Denise DECORI, fille de Félix Alfred Barthélémy DECORI, avocat à la Cour d’appel de Paris, secrétaire général civil de la Présidence de la République, né le 1er mars 1860 à Paris (IV e Arr.) et décédé le 18 octobre 1915 à Paris (VIIIe Arr.), au Palais de l’Élysée, et de Madeleine Denise Jeanne PERRODY.

 

 


Entre dans la Marine en septembre 1900 ayant été classé 1er sur 101 candidats à l’issue des épreuves du concours de l’année 1900 (La Croix, n° 14.343, Dimanche 16, Lundi 17 septembre 1900, supplément, p. 4, en rubrique « Guerre et Marine » ; Le Temps, n° 14.343, Dimanche 16 septembre 1900, p. 4, en rubrique « Affaires militaires ~ Marine »).

 

Sur le "DUGUAY TROUIN"

 

Aspirant le 5 octobre 1903; port TOULON.

Au 1er janvier 1904, sur le cuirassé "SAINT-LOUIS", Escadre de Méditerranée (Cdt Jules NÉNY).

Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1905.

Au 1er janvier 1906, sur le croiseur "DUPETIT-THOUARS", Escadre d'Extrême-Orient (Marie LESPINASSE de SAUNE).

Début 1907 : Embarqué sur l’aviso Kersaint, de la Division navale de l’Indochine.

Rapatrié en Mars ou Avril de la même année pour cause de santé.

 

 

Au 1er janvier 1908, Second sur le transport "LOIRET", Service du littoral (Cdt Émile GILBERT).

Le 27 janvier 1908, Second du torpilleur autonome submersible "CALYPSO", 1ère Flottille de sous-marins de Méditerranée à TOULON.

Au 1er janvier 1911, port TOULON.

Officier breveté Interprète d'anglais en 1911.

Le 18 avril 1911, Second sur un torpilleur armé, Station des torpilleurs de DUNKERQUE (Cdt Daniel RÉGLAT).

Lieutenant de vaisseau le 7 septembre 1913, par décret de même date (J.O., 9 sept. 1913, p. 8.061)

 

 

Octobre 1913 : Placé en congé d’études de 10 mois pour suivre les cours de l’École supérieure d’aéronautique et de construction mécanique, sise à Paris, au 92, rue de Clignancourt (XVIII e Arr.) (J.O., 18 oct. 1913, p. 9.166).

 

 

Au 1er janvier 1914, sur le cuirassé "VERGNIAUD", 1ère Escadre, 1ère Armée navale (Cdt Louis MOTTEZ).

Chevalier de la Légion d'Honneur.

 3 novembre 1913 : Admis à l’École supérieure d’aéronautique et de construction mécanique (J.O., 22 oct. 1913, p. 9.333).

Au 1 er janvier 1914 : Embarqué sur le cuirassé d’escadre Vergniaud, de la 1 re Escadre de la 1ère Armée navale, alors commandé par le capitaine de vaisseau Louis Adolphe MOTTEZ.

En Février 1916 : Commande le Centre d’aviation maritime de Salonique.

14 juillet 1916 : Par décret de même date (J.O., .. juill. 1916, p. ...), promu chevalier de la Légion d’honneur.

8 février 1917 : Par décision ministérielle de même date, breveté pilote de dirigeable.

 

 

3 mars 1917 : Alors commandant d’un Centre d’aviation maritime [non identifié], cité à l’ordre de l’armée par le Ministre de la Guerre dans les termes suivants (J.O., 3 mars 1917, p. 1.964) :

 

 

Au 1 er janvier 1918 : Port de Toulon.

13 octobre 1919 : Par décret de même date (J.O., 15 oct. 1919, p. 11.386), acceptation  de la démission de son grade par lui offerte, et nomination dans la réserve de l’armée de mer avec le même grade.

 

 

Croix de guerre

Versé dans le cadre de réserve le 15 octobre 1919; port TOULON.

 

 

Ecrivain, également sous le nom de René Milan

Une séance de travail avec Robert Burnier , Pierre Vellones tout deux à gauche et René Milan en chapeau.

Au premier plan, Marie-Louise Casadesus

Lien web pour plus d'informations

 

 

Extrait Ouest-France /  6 octobre 1924

 

 

Extrait Ouest-France / 18 mai 1937

 

 

Extrait Ouest-France / 19 juillet 1939

 

 

Autres informations :

 

René Milan (de son vrai nom Maurice Larrouy) (1882-1939) était un écrivain français.

Il publie au début du XXe siècle des romans maritimes et exotiques dont quelques uns connaissent un certain succès comme L'Odyssée d'un transport torpillé (Prix Femina 1917) ou Coup de roulis.

Ces ouvrages sont écrits dans l'esprit de Pierre Loti, Claude Farrère ou encore Paul Chack.

Comme eux, il est officier de marine.

Les bibliophiles savent qu'il signe tous les exemplaires de l'édition originale de ses livres.

Il se présente à l'Académie française dans les années 1930.

 

Œuvres

Les Vagabonds de la gloire (prix Davaine 1915 ; prix de la Ligue maritime française 1916)

L'Odyssée d'un transport torpillé (prix Fémina, 1917). Maurice Larrouy écrit cette histoire en quatre semaines. La publication paraît anonymement en épisodes dans la Revue de Paris en 1917, en plein conflit mondial. L'éditeur ne soumet pas la première partie à la censure, mais la partie suivante est tronquée et la troisième partie jugée dangereuse formellement interdite, l'auteur racontant sous forme de lettres ou de journal la vie quotidienne à bord d'un bateau de la marine marchande de ravitaillement.


Le Révolté (1925)

 

Coups de roulis (1925)

Leurs Petites majestés (1926), roman indochinois. Le roman raconte de façon assez légère l'embarquement et la croisière sur l'aviso "Roncevaux" d'un roitelet du royaume de Sikar (péninsule indochinoise), sa majesté Pharnavong, de son premier ministre le prince Ploum, de son premier mandarin Bang et de ses trois plus jeunes épouses. L'irruption de ce petit monde sur un navire de guerre au demeurant assez petit vient perturber considérablement la vie du pacha, le lieutenant de vaisseau de Kerquibec, et de ses deux officiers, les enseignes de vaisseau Goyenne, officier en second, et Quintard, sans parler de l'équipage...


Le Trident (1928)

Eaux brûlantes, Paris, 1931. Eaux brûlantes est un récit de voyage de la France vers l'Indochine. Le premier chapitre raconte la vie à bord du paquebot André-Lebon pendant les quelques semaines que durent le transit. Le livre décrit ensuite l'Indochine française du temps de l'exposition coloniale, dans un genre très "colonialement correct". Il offre malgré tout un bon témoignage sur cette grande colonie au moment de l'apogée de la plus grande France. On notera quelques pages sur la tentative de record de liaison aérienne France-Extrême Orient de Le Brix. Il consacre aussi un chapitre à Java.
 

L’Invincible Armada (1934)

Source web

 

 

 

      

 

 


 

 

Complément

 

 

En savoir plus sur les pilotes Marine 1910 - 1914

Cliquez sur le lien ci-dessus
 

 

 


 

Remerciements Daniel Laheyne

Remerciements Bernard Dulou

Remerciements à Gilles Jogerst / Généamar pour ses recherches et la mise à disposition de ses données

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/liste_sujet-1.htm

 

 

Retour Officiers et anciens élèves

 

     

 

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://www.gitesclossaintjouin.com    http://staffie.tribu.griola.free.fr

 

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010