-------

 

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Officiers et anciens élèves -

 

 

Geoffroi HALLÉ

(1942 - 20..)

 

 

 

Né le 1er mai 1942 à PARIS (Seine)

Arrière petit-fils de Nicolas Léon FUSTIER

 

7 septembre 1964 : Élève

1er octobre 1965 : Aspirant

1er octobre 1966 : Enseigne de vaisseau de 2ème classe

1er octobre 1967 : Enseigne de vaisseau de 1ère classe

1er juillet 1971 : Lieutenant de vaisseau

1er novembre 1977 : Capitaine de corvette

1er novembre 1981 : Capitaine de frégate

1er avril 1989 : Capitaine de vaisseau

1er avril 1990 : admis à la retraite et nommé Capitaine de vaisseau de réserve

1er mai 2003 : admis dans l’honorariat

Chevalier de la Légion d’Honneur

Chevalier de l’Ordre National du Mérite
 

 

Il déclara très tôt qu’il voulait être marin, comme son arrière grand-père Léon FUSTIER (1863) alias Popoti, dans la frégate Incomprise de Sahib.

Après des études à Paris (La Rochefoucauld, Stanislas) et à Saint-Brieuc (Saint Charles), il entre à l’École Navale en septembre 1964.

À sa sortie de l’École d’Application ; il sert sur le patrouilleur La Paimpolaise, stationnaire en Polynésie Française de 1967 à 1969.

De retour en Métropole, il est affecté sur l’escorteur rapide Le Savoyard, à Brest, au sein du Groupe d’Essais des Missiles (GROUPEM) de 1969 à 1971, où il est officier ASM puis officier TRANS/CDN.

Breveté de l’École des Officiers Armes sous-marines (surface) en 1972, il embarque sur la frégate lance-missiles Suffren, de 1972 à 1974, où il sert comme officier ASM 2 puis, la deuxième année, chef du service CDN et officier de manœuvre.

De 1974 à 1977, il est successivement officier en second des chasseurs de mines Calliope – à bord duquel il participe au déminage du canal de Suez - et Dompaire, au moment de sa refonte à Cherbourg et de l’expérimentation opérationnelle du sonar DUBM 21, qui équipera les chasseurs de mines tripartites en construction.

Il est ensuite détaché auprès de la Compagnie Française d’Assistance Spécialisée - branche marine, qui deviendra la NAFCO – et dirige pendant deux années une équipe chargée de la formation opérationnelle des équipages de douze patrouilleurs lance-missiles Combattante 2, construits à Cherbourg pour la Marine Impériale puis Islamique Iranienne.

L’entraînement se passe équipage par équipage à Cherbourg, puis après un transit en groupe, à Toulon au sein du Centre d’Entraînement de la Flotte.

Stagiaire de l’École Supérieure de Guerre Navale puis du Cours Supérieur Interarmées de 1979 à 1981, il suit l’achèvement à flot, l’armement et les essais de l’aviso Commandant Blaison, dont il prend le commandement le 24 octobre 1981.

Après l’admission au service actif, le Commandant Blaison est intégré à la 2ème Division d’Avisos à Brest.

 

 

Le 31 janvier 1983, il est conduit en embarcation par ses officiers à un autre ponton du quai des Flottilles et embarque comme commandant en second de la frégate ASM Duguay-Trouin.

Le 21 février 1983, au deuxième jour de mer, en entraînement individuel avec un contingent de nouvelles recrues, un grave incendie se déclare à la machine arrière. Après 17 heures de lutte, le Duguay-Trouin est ramené à Brest, sans un seul blessé mais dans un état qui nécessitera de longs mois de travaux.

De février 1985 à juin 1986, il est sous-chef d’État-major « Opérations » et officier ASM de l’escadre de l’Atlantique.

Puis il prend le commandement du bâtiment de commandement-ravitailleur Var, portant la marque du contre amiral commandant les Forces Maritimes dans l’océan Indien.

 

 

En mars 1987 et après plus de quatre années outre-mer, le Var passe la suite à la Marne et rentre à Toulon pour un grand carénage. Ces neuf mois de campagne sont l’aboutissement de vingt années à la mer (exceptées les 3 ans d’école), commencées sur la Jeanne d’Arc et la Paimpolaise, qui auront été très marquantes.

De 1987 à 1989, il sert à l’État-major de la Marine, rue Royale, au bureau « Études et Plans opérationnels », de la Division Opérations, où il est particulièrement chargé de la lutte anti sous-marine, du contrôle naval, des conversations bilatérales avec les grandes marines occidentales et des relations avec l’OTAN. À ce titre, il est membre du groupe de travail OTAN de la navigation commerciale (NSWG) et de la commission de terminologie Atlantique (CITA).

Après un stage d’initiation aux affaires, il entre chez SODEXO au moment où cette entreprise de restauration et de services se diversifie dans les services aux administrations, et en particulier à l’Administration Pénitentiaire. En effet, la loi Chalandon de 1987 autorise cette administration à sous-traiter tous les services non judiciaires ou non pénitentiaires dans les prisons. C’est ainsi que SODEXO, à la suite d’un appel d’offres, se voit attribuer pour cinq prisons les services d’hôtellerie (restauration, blanchisserie, nettoyage), de maintenance des équipements et des bâtiments, de transport des détenus, de formation professionnelle, de santé et de travail dans les ateliers. À l’ouverture de la maison d’arrêt des Hauts-de-Seine en 1990, il est nommé directeur du site et y passe six ans.

De 1996 à 1998, il est au siège de la filiale à Bois d’Arcy, chargé d’études ainsi que de la mise en place de la démarche Qualité. Après la certification en 1997 de la restauration à la prison d’Argentan, tous les services dans les cinq prisons seront certifiés ISO 9002.

À partir de 1998, il est au siège du Groupe SODEXO, chargé de mission pour le développement international des services aux administrations pénitentiaires, tout en étant responsable jusqu’en 2000 des activités de SODEXO en Polynésie et en Nouvelle Calédonie. Ainsi, il retourne fréquemment à Tahiti où son principal « client » est l’amiral Commandant supérieur dans le Pacifique, son camarade de promotion le VA Jean Moulin.

De nombreux voyages l’amènent à rencontrer des autorités politiques ou pénitentiaires en Europe, en Asie, en Amérique, qui recherchent le concours de l’expérience française ou qui s’y intéressent de près et à qui il vante les mérites de l’externalisation. Ainsi des activités sont créées aux Pays-Bas, au Portugal, en Italie, en Catalogne. Des filiales sont mises en place au Royaume Uni et en Australie. Les deux premiers appels d’offres d’un important programme de concessions sont gagnés au Chili où aujourd’hui la filiale locale assure la gestion des services dans cinq établissements pénitentiaires.

 

 

En juillet 2007, après 17 années dans cette entreprise familiale exemplaire, il se retire à Paris où il prend une part active dans le bénévolat. Cela ne l’empêche pas de s’adonner à la navigation de plaisance en Manche ou à travers l’Atlantique, en famille ou avec de bons amis, et à la chasse. La musique classique agrémente ses soirées de lecture. Il apprécie la bonne chère et en particulier les accords mets-vins. L’été, on le trouve en famille du côté de la pointe de Saire ou à Grandcamp, où il transmet patiemment à ses trois petits enfants le goût de la navigation à voile.

 



Il a épousé en1978 Nicole MATHIEU, arrière petite-fille de Jacques CHARDON (1882). Ils ont quatre enfants.

 

Remerciements Geoffroy Hallé
 

Retour Officiers et anciens élèves

 

     

http://www.serpent-a-lunettes.com  -  http://www.nommo.fr

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales !

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://staffie.tribu.griola.free.fr  http://tcdorage.free.fr