-------

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Officiers et anciens élèves -

 

 

Eugène Jean Antoine DESPERLES

(1819 - 1860)

 

 


Né le 11 mai 1819 à BREST (Finistère) - Décédé le 16 novembre 1860 à BREST (Finistère)

Fils d'Antoine Nicolas et de Marie Eugénie LE HUBY

Frère de Charles Léger Auguste Henri

Sa fille, Coralie Nelly Aglaé Eugénie DESPERLES se maria à Ernest Marie PREVOST
 


Entré à l’Ecole Navale en 1835

Enseigne de vaisseau en 1841, il est promu Lieutenant de vaisseau en 1848.

Administrateur colonial au Gabon en 1848

Chevalier de la Légion d'Honneur le 14 aout 1853

Durant la guerre d’Italie, il commande l’aviso « METEORE »

 

Complément / Source Généanet

1819, 13 mai, en mairie de Brest, acte de naissance avec pour déclarants : Antoine DESPERLES, négociant et Pierre François LE HUBY, capitaine de Vaisseau, chevalier de la Légion d'Honneur et de St Louis, ayeux de l'enfant. Acte de naissance signé par Thomas DUSSUEIL (1774-1829), père de sa future épouse.

Entré à l'Ecole Navale, le 15 novembre 1835 : "Je soussigné Docteur en Médecine, certifie que M. Eugène Jean Antoine DESPERLES, né à Brest, le onze mai 1819 a été vacciné avec succès, qu'il est doué d'une bonne constitution physique et qu'il ne présente aucune infirmité qui pourrait l'empêcher d'entrer au service de la marine." (Dossier personnel - archives de la Marine).

Nommé Elève de 2de Classe, le 1er septembre 1837, nommé Elève de 1ère Classe, le 1er novembre 1839, Enseigne de Vaisseau le 1er décembre 1841 puis Lieutenant de Vaisseau le 18 décembre 1848.

Administrateur colonial au Gabon d'août à décembre 1848, avec le titre de "commandant particulier au Gabon": " « Le Gabon dont il s'agit dans la correspondance administrative de l'époque est étroitement limité à l'Estuaire du Komo et à la basse vallée des petites rivières qui y débouchent (embouchure de l'Ogooué); (...) pour l'essentiel, il se borne au fort français, à la rade qu'il contrôle et à quelques villages voisins.(...) Le reste est à peu près inconnu ». Le pays est prometteur pour le commerce et la France s'efforce de s'y installer depuis un traité signé entre Louis Edouard Bouët-Willaumez et le souverain local « mpongwé » nommé « Rapontchombo » le 9 février 1839.

Le séjour d'Antoine DESPERLES au Gabon n'a pas été de tout repos. On lit qu'il arriva sur place au moment de la suppression de l'esclavage décidée par le gouvernement provisoire de la république qui n'est pas entérinée facilement dans une contrée où « on a du mal à faire accepter aux chefs (locaux) la suppression de la Traite ». L'enseigne de vaisseau DESPERLES remplace un prédécesseur fiévreux et découragé. La situation locale est très compliquée et DESPERLES se brouille avec l'un des potentats locaux, exigeant, à la suite d'un différend, que celui-ci « lui livre des otages et le roi refusant, il envoie attaquer son village à coups de fusil, puis le fait bombarder par le stationnaire. » Le 4 décembre, il est remplacé et le nouveau titulaire « est un atrabilaire qui ne cessera de se plaindre de l'état du poste et des infamies des uns et des autres. » (« Quinze ans de Gabon – les débuts de l'établissement français 1839 - 1853 » de Hubert Deschamps, revue française d'Histoire d'Outre-mer – année 1963).

On lit, par ailleurs, que « DESPERLES est allé reconnaître l'une des rivières côtières qu'il a remontée sur vingt lieues (environ 100 kms), sans rapporter, semble-t-il, aucun renseignement ».

Pendant la guerre d'Italie, il a commandé le "Météore" qui fut chargé de service entre Toulon, Gênes et Savone. Dans son dossier personnel conservé aux Archives de la Marine, on lit : " Monsieur DESPERLES compte six années de grade d'Enseigne qu'il a passées presque constamment à la mer. Ayant des connaissances étendues au canonnage et le goût de l'enseignement, il a formé, comme officier chargé de la batterie à bord de la "Boussole", de très bons chefs de pièces et il a fait arriver tous les servants au degré d'instruction désirable. Comme homme de mer, M. DESPERLES ne laisse plus à désirer. Manoeuvrant avec adresse et précision, sachant tirer un bon parti des hommes, son quart est bien mené et chaque chose est faite à temps. Homme bien élevé, esprit cultivé, caractère aimable, M. DESPERLES est un officier qu'il faut avancer au choix. Il ne sera jamais au-dessous de sa position..." (Archives de la Marine - dossier personnel).

Autre appréciation de son dossier personnel : "Proposé pour le grade de Capitaine de Frégate, le 3 octobre 1858, pour le commandement des équipages de la flotte et par le Major général de la Marine à Lorient. Le Contre-Amiral JEHENNE ajoute : " Cet officier a été mon Aide de Camp et de services duquel j'ai été on ne peut plus satisfait, est employé en ce moment à la Division en qualité d'adjudant major; il y mérite les éloges de ses chefs. J'ajoute qu'ayant eu M. DESPERLES sous mes ordres à bord de "La Boussole", j'avais trouvé en lui un marin solide et bon. Proposé pour l'avancement."

Il fut fait Chevalier de la Légion d'Honneur le 14 août 1853.

1860, 17 novembre : acte de décès en Mairie de Brest, déclarant : Charles Auguste Henri DESPERLES, lieutenant de vaisseau, frère du défunt.

Notes concernant l'union
1847, 27 décembre en mairie de Brest, acte de mariage devant les témoins : Marie Louis Henri DEU, Inspecteur des Douanes, Vincent BOUSOGNE, négociant, Pierre Hyppolite BENOIT, Aimable Constant JEHENNE, capitaine de Vaisseau. "Melle DUSSUEIL aura en dot un revenu de 1.200 Francs et que ses espérances de fortune peuvent être évaluées à environ 20.000 FRF." (Dossier personnel - Archives de la Marine).

 

Complément :

Son épouse Marie Antoinette Coralie Dussueil était la fille de Thomas Dussueil

Capitaine de Frégate

Né le 21 septembre 1774 - Sète (34) - Décédé le 20 novembre 1829 - Brest (29)

Décoré de l'Ordre du Lys (19 août 1814, au titre du Ministre et secrétaire d'Etat du département de la Marine et des Colonies - Malouet). Chevalier de l'Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis (Brevet du 23 septembre 1814 – Enregistré à la Direction du Personnel – N° 589 – folio 8). Chevalier de l'Ordre Royal et Militaire de la Légion d'honneur (Brevet du 30 décembre 1816 – Registre 1 f°269 – série 5 - N° d'ordre 2683)

 

et la demi-sœur de Adolphe Dussueil (1820 - 1827)

 

 

Dossier Légion d'Honneur / Lien web

 

 

Remerciements à Gilles Jogerst / Généamar pour ses recherches et la mise à disposition de ses données

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/liste_sujet-1.htm

 

 

Retour Officiers et anciens élèves

 

     

 

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://www.gitesclossaintjouin.com    http://staffie.tribu.griola.free.fr

 

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010 - MERCI à TOUS !