-------

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- JEANNE D'ARC -

 

           

Les Vaisseaux école d'application furent créés par décret du 10 octobre 1864 sous le nom de "Ecole d'Application de la Marine", supprimés de 1882 à 1884 et rétablis par décret du 3 mai 1886.

Après l'École Navale, les aspirants embarquent durant quelques mois pour parfaire et appliquer à la mer les connaissances acquises pendant leur 2 années d'Ecole. Traditionnellement ces bâtiments font chaque année le tour du monde, en fait une partie du tour du monde depuis quelques décennies, le plus souvent accompagnés d'un bâtiment plus petit dit la "conserve", souvent un aviso escorteur.

Un certain nombre de bâtiments se succédèrent dans cette attribution

 

Plaque qui était visible à bord de la Jeanne d'Arc III (1961-2010)

 Cliquez pour agrandir

 

Détails :

 

Le Jean-Bart (1852-1868),

 

mis sur cale à Lorient le 26 janvier 1849, il est mis à flot le 14 septembre 1852. Armé en guerre, en mer Noire pour la guerre de Crimée (1854-55), il participe le 17 octobre 1854 au bombardement de Sébastopol. En avril 1855, il transporte 1054 passagers d'Alger à Kamiesch (CV d'Aboville). Le 17 octobre 1855, il est présent lors de la prise de la forteresse de Kinburn. En 1856, on lui installe une machine à vapeur pour le transformer en vaisseau mixte. De 1864 à 1873, il sert comme Ecole d'Application des aspirants et fait de multiples croisières à travers le monde (Dakar, Bahia, Rio, Montevideo, Le Cap, New-York, Lisbonne, ...). Le 8 mars 1867, il est envoyé avec l'Achéron de Fort-de-France en Jamaïque pour tenter de relever la Gironde échouée, mais sans succès. En septembre 1868, il permute de nom avec le vaisseau décrit ci-dessous et devient la Donawerth. Sous cette appellation, il sert de bâtiment central de la réserve à Brest (1881-86). Condamné en 1881, il prendra le nom de Cyclope en 1886.

 

Le Jean-Bart ex Donawerth (1868-1873),

 

mis en chantier à Lorient le 27 juillet 1827 sous le nom d'Alexandre, il prend le nom de Donawerth en 1839, alors qu'il est toujours en construction, à l'état plus ou moins abandonné. C'est une longue et difficile transformation qui va le faire passer de l'état de vaisseau à voiles à vaisseau mixte, équipé d'une machine à vapeur. Il est mis à flot le 15 février 1854, et subit son baptême du feu lors de la guerre de Crimée (1854-55) en Mer Baltique puis en mer Noire, armé en transport. En novembre 1855, il quitte Toulon pour Cherbourg, où, à partir de l'année suivante, halé à terre, il va subir un long carénage jusqu'à 1858. En 1860, il retrouve Toulon et l'escadre de la Méditerranée (CV Jean Simon), et effectue une mission à Beyrouth avec le Redoutable (7/1860). En 1862, il fait une campagne à Naples, Alger, Oran et Ajaccio. Il est à nouveau refondu à Lorient en 1865. Ce n'est qu'en septembre 1868 qu'il est rebaptisé Jean Bart, et c'est sous ce nom qu'il sert plusieurs années comme école d'application.

 

 

Il est renommé Cyclope en 1886 alors qu'il est utilisé comme bâtiment central de la réserve. En trop mauvais état, sa coque est démolie à Brest en 1897.

 

Puis il y eut la Renommée (1873-1875)

 

 

et la Flore (1875-1882).

 

 

Après le rétablissement de l'Ecole en 1886, il y eut :

 

L'Iphigénie (1881-1901)

 

Elle a servi, de 1886 à 1900, d'école d'application des Enseignes de Vaisseaux à seize générations d'aspirants de deuxième classe qui se succédèrent et pour lesquels il était «l'Iphi».

 

 

L'Iphigénie était une frégate mixte déplaçant 3 200 tonnes, à voilure de trois-mâts carré et machine de 550 chevaux. Elle a été construite à Brest de 1877 à 1881, a été radiée du service le 4 décembre 1901 et démolie à Brest en 1905.

 

 

Après l'Iphigénie, il y eut le Duguay-Trouin ex Tonkin (et Vaisseau-Ecole provisoire en 1913-1914) de 1900 à 1912,

 

 

Échoué à Saint Jean de Luz

 

Puis quatre bâtiments se succédèrent dans le rôle d'école d'application dont trois sous le nom de Jeanne d'Arc :

 

La Jeanne d'Arc I (1901-1934),

 

 

construite de 1895 à 1899 à Toulon. La première Jeanne de l'école d'application, aussi la quatrième du nom, fut à l'époque le plus grand et le plus puissant de nos croiseurs cuirassés. Long de 145 mètres, déplaçant 11 300 tonnes, le bâtiment portait deux canons de 194 et quatorze de 138. Ses six cheminées lui donnaient une silhouette caractéristique. En 1903, le Jeanne d'Arc porta la marque du président Loubet pour le voyage de celui-ci en Algérie. C'est en 1912 qu'elle remplaça le Duguay-Trouin comme navire-école d'application jusqu'en 1914. Pendant la Première Guerre mondiale, le Jeanne d'Arc s'illustra aux Dardanelles (1914) puis sur le canal de Suez, sur les côtes de Syrie et d'Asie Mineure. En 1919, il reprit ses fonctions d'école d'application et fit neuf campagnes avant de s'arrêter, à bout de bord, en 1928. Il fut rayée des listes de la flotte six ans plus tard. Il fut radiée le 15 février 1933 et démoli à Brest en 1934. La Jeanne a assuré onze campagnes.

 

Le croiseur cuirassé Edgard-Quinet de 1928 à 1930.

 

 

 

La Jeanne d'Arc II (1930-1964),

 

Seconde Jeanne d'Arc de l'école d'application. Ce fut le premier bâtiment spécialement construit pour servir d'École d'application. Lancé en 1920 aux Chantiers de Penhoët à Saint-Nazaire, il entra en service en 1931. Le croiseur Jeanne d'Arc déplaçait 9 200 tonnes et filait 25 noeuds. Il était armé de 4 tourelles doubles de 155 mm, 4 pièces de 75 mm, 6 de 40 mm et 20 de 20 mm. Il pouvait recevoir 156 officiers élèves en plus des 28 officiers et 620 hommes d'équipage.

 

 

Au début de la guerre 1939-1940, le bâtiment fut affecté à la Division navale d'Atlantique Ouest et participa au blocus des bâtiments de commerce allemands réfugiés dans les ports neutres. En juin 1940, il se trouvait aux Antilles où il resta jusqu'en juillet 1943. En septembre de la même année, il prit part aux opérations de Corse, puis au débarquement de Provence, le 15 août 1944. Le Jeanne d'Arc fut cité à l'ordre de l'Armée pour les services rendus pendant les hostilités.

 

 

Il assura ensuite son rôle de croiseur école jusqu'en 1964, accomplissant 27 campagnes autour du monde. La 2ème Jeanne fut la plus glorieuse et la plus riche en souvenirs.

 

 

La Promotion 1944 embarqua sur la totalité de ses annexes. Un torpilleur de 1.500 tonnes, le Basque et trois corvettes : Renoncule, Roselys et Aconit pour une croisière d'un mois du 1er au 30 juillet 1946, vers la Scandinavie.

 

1965 / Landévennec

Remerciements Bernard Dulou

 

La Jeanne d'Arc III (1961- 2010)

 

 

Ce porte-hélicoptères fut construit par l'Arsenal de Brest de 1959 à 1961.

Mis à flot sous le nom provisoire de La Résolue, il reçut le nom de Jeanne d'Arc le 16 juillet 1964.

Retirée du service actif à la mi-2010.

 

 

Source Web

 

 

 

Retour Haut de page

           

 

     

 

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://www.gitesclossaintjouin.com    http://staffie.tribu.griola.free.fr

 

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010 - MERCI à TOUS !