-------

 

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

 

- Officiers et anciens professeurs -

 

 

Marie Joseph Charles Philippe KIEFFER

(1899 - 1962)
 

 

 

Né à Port-au-Prince le 24 octobre 1899 et décédé à Cormeilles-en-Parisis le 20 novembre 1962

 

  Acte de naissance / Cliquez pour agrandir

 

Les informations de cette page sont issues des travaux de Benjamin Massieu à l'Université de Caen et de sa fiche sur le site Compagnon de la Libération / Lien web .

 

 

15 octobre 1940, Professeur de langue Anglaise à l’Ecole Navale en plus de ses fonctions d'officier de liaison avec les services anglais de Portsmouth suite à la décision prise le 5 octobre 1940 par l'amiral Muselier.

 

Remerciements Benjamin Massieu / Livre "Philippe Kieffer" / Lien web

 

Ses cours ont lieu deux fois ¾ d’heure chaque semaine, le lundi et le mercredi de 11h à 11h45.

Parmi ses élèves figure le fils du général de Gaulle...

 

3ème en partant de la droite

Source et remerciements / Facebook - Commandant Philippe Kieffer
 

 

Souhaitant une affectation plus active, il obtient de quitter son poste d’interprète en août 1941 et est envoyé en stage d’officier fusilier le mois suivant.

Très bien noté par l’encadrement britannique, il persuade alors le vice-amiral Muselier de convaincre les Britanniques de constituer une unité de commandos de fusiliers marins de la France libre.

 

 

Après de longues discussions, le principe est accepté.

Promu enseigne de vaisseau de 1ère classe en décembre 1941, il prend à la même date le commandement d’une compagnie de fusilier marins commandos dont il assure lui-même le recrutement sur la base du volontariat.

En avril 1942 la trentaine d’hommes ainsi recrutés suit le stage commando en Ecosse au camp d’Achnacarry puis un entraînement spécialisé pendant un an. Incorporée au n°10 Commando dès juillet 1942 la compagnie reste sous les ordres de Philippe Kieffer promu à la même date lieutenant de vaisseau.

 

14 juillet 1943 / llanystumdwy  - Criccieth

 

 

Défilé à Londres

 

 

Aujourd'hui

 

 

Montage réalisé

 

 

 

 

Extrait Cols Bleus / 2 juin 1984

Remerciements Dominique Duriez

 

 



Une quinzaine d’hommes du commando Kieffer prennent part au raid du 19 août 1942 sur Dieppe.

 

Remerciements Hervé Bernard

 

 

14 juillet 1943



Le 8 octobre 1943, le 1er Bataillon de fusiliers marins commandos (1er BFMC) est créé et la troupe française, composée de deux compagnies, est affectée à l'exécution de quelques raids nocturnes sur les côtes françaises occupées, en petits groupes, dans le cadre de la préparation au débarquement.

 



En 1944 les efforts du commandant Kieffer sont récompensés.

Le 1er BFMC est rattaché à l'un des plus glorieux commandos anglais, le n° 4 (lieutenant-colonel Dawson), au sein de la 1st Special Service Brigade (Brigadier General Lord Lovat). Les hommes que Kieffer avait réunis et entraînés, allaient être les premiers Français à débarquer pour libérer la France.

Le 6 juin, les 177 "Bérets verts" débarque à Sword

 

 

 6 juin 1944 / De gauche à droite :

 

Joseph Le Naour, René Goujon (de dos), Robert Dawson, Philippe Kieffer et Maurice Chauvet.

 

et prennent pied à Ouistreham ; puis à Benouville, Amfreville et Bavant. Blessé le 6 juin, refusant de se laisser évacuer pendant deux jours, Kieffer retrouve son unité le 13 juillet, au moment où elle allait percer vers la Seine et Honfleur.

 

D'intéressants documents retrouvés par hasard dans le fonds de bibliothèque de l'hôpital maritime de Cherbourg : deux registres estampillés « Maison de santé FNF [forces navales françaises] de Beaconsfield ». L’un est un registre d’hospitalisation courant de janvier 1944 à juin 1945, l’autre recense les expertises médicales rendues par des médecins militaires français entre avril et août 1944 sur des soldats des FNFL. On peut y lire entre autres le nom du LV Kieffer de Furcy, blessé au combat sur le front de Normandie le 10 juin 1944 et hospitalisé à Beaconsfield. Philippe Kieffer de Furcy a créé en 1942 les premiers commandos de marine français ; connus sous le nom de "commandos Kieffer", ils ont été la seule unité française à participer au débarquement de Normandie.

SHD-Cherbourg, cote temporaire HM 527 et 528 / Source / Facebook - SHD

 

BIOGRAPHIE des 177 du commando / Lien web

 

 

16 juillet 1944 - Carrière de l'Ecadre à Amfreville, remise de décoration par le maréchal Montgomery / Médaille : Immediat Military Cross (Croix militaire - 3e plus haute décoration militaire du Royaume Uni)

 

 

 

 

 

Décidé à entrer à Paris avec les premiers, il prend une jeep, deux hommes, et fonce vers la capitale, à travers la Normandie à peine libérée. Il est le premier à entrer à Paris par Saint-Cloud ; quelques jours plus tard il a la fierté d'y faire défiler son unité.

Dans les combats de la libération, il a la douleur de perdre un de ses trois enfants, son fils de 18 ans qui, ayant rejoint un maquis est tué par les allemands en Île-de-France.

 

 

En octobre 1944, le capitaine de corvette Kieffer, avec son bataillon - porté à l'effectif de trois compagnies - conduit son unité à l'attaque de Flessingue et de Walcheren, clé du port d'Anvers. Puis il participe à des raids sur les îles hollandaises occupées, toujours avec le n° 4 Commando britannique.

 

Archive / Extrait Journal Officiel du 15 mai 1945

 

Journal du 28 mai 1945

 

29 mai 1945 / Cour intérieure du ministère de la Marine

 

 

 

 

 

Extrait Cols Bleus / 1er juin 1945

 

 

 

 

 

 

 

6 juin 1945

 

 

 

 

Extrait Cols Bleus / 6 juillet 1945

 

 

 

 

 

Nommé délégué à l'Assemblée consultative provisoire en 1945

 

Source et remerciements / Facebook - Commandant Philippe Kieffer

 

7 octobre 1945, est élu conseiller municipal de Grandcamp-les-Bains lors d'une élection municipale complémentaire où il recueille 72,54% des voix. Populaire dans cette petite cité maritime, il y fut enterré à sa demande en 1962. La rue où il habitait porte aujourd'hui son nom.

6 octobre 1946, est démobilisé après 2591 jours sous les drapeaux soit 7 ans, 1 mois et 4 jours : un dixième de toute sa vie…

Ensuite fonctionnaire international à l'Etat-major des Forces interalliées (OTAN).

En 1954 il est nommé capitaine de frégate de réserve.

 

Saint Mandrier, pour la remise du fanion du 1er BFMC, avec le commandant Kieffer

19 mars 1954

 

 

Date ?

 

Extrait / Photo d'identité

 

 

Sur le tournage du Jour le plus long

 

Avec le réalisateur du film "Le jour le plus long"

 

Avec l'acteur (à gauche)

 

 

 

Extrait Cols Bleus / 28 mai 1994



Philippe Kieffer est décédé le 20 novembre 1962 à Cormeilles en Parisis. Il a été inhumé à Grandcamp dans le Calvados.

 


20 novembre...1962: disparition de Philippe Kieffer.

Lorsqu’à l’été 1961, Philippe Kieffer était venu assister au tournage du film Le jour le plus long, il était apparu très fatigué. Il souffrait de divers ennuis de santé depuis quelques a...nnées, en particulier de problèmes cardio-vasculaires qui lui avaient déjà occasionné plusieurs AVC . En 1960, un très sérieux l’avait laissé hémiplégique à 10% des membres inférieurs et supérieurs gauche. Il souffrait également d’une sclérose aortique de 20% ce qui augmentait de manière très conséquente le risque d’accident cardio-vasculaire. Un autre AVC l’avait même surpris au volant de sa voiture, en plein Paris. Après plusieurs arrêts maladie, il avait dû prendre congé de son poste à l’OTAN en raison de son invalidité de 25%.

Il restait chez lui, soigné par Mme Tamburini, l’ancienne infirmière en chef du professeur Leriche. L’homme physique, l’homme d’action qu’il était, était très affecté moralement par cette maladie qui le diminuait physiquement. Millie déclara par la suite : « Depuis trois ans, mon mari était toujours malade. Il payait après coup les longues années de surmenage physique et moral qu’il avait vécues pendant la guerre. Sa seule distraction ces derniers temps, c’était la lecture. Et puis, il aimait par-dessus tout recevoir, chez nous, ses anciens compagnons de combat qui, fidèlement, venaient le voir » . Philippe Kieffer souffrait aussi de plus en plus de sa blessure à la cuisse reçue le 6 juin 1944, si bien qu’il devait se déplacer avec une canne : « Un souvenir du débarquement ! » disait-il…

Le 24 octobre 1962, il fêta son soixante-troisième anniversaire.

Le dimanche 18 novembre suivant, après la messe, il se rendit au bureau de vote de Cormeilles-en-Parisis pour le premier tour des élections législatives. À l’heure de prendre le repas, il se trouvait dans la salle à manger avec sa fille Dominique, tandis que Millie était dans la cuisine. Au moment de s’asseoir, ses mouvements se firent hésitants, il tenta de fléchir les genoux puis s’écroula. Appelée par sa fille, Millie arriva. Constatant la gravité de cette nouvelle attaque, elle envoya Dominique chercher Jean Thierry, un voisin qui vint immédiatement le relever et l’installer dans le lit de la chambre attenante. Philippe était paralysé. Il venait de faire un nouvel AVC. Millie, sentant que la fin était proche, demanda à sa voisine et amie la comtesse de Vogüe de rester à ses côtés pour la soutenir et la rassurer. Après deux journées et demi ainsi, le mardi 20 novembre 1962 à 20h, Philippe Kieffer s’éteignit dans les bras de Madame de Vogüe « dans une paix complète, totale ».

 

 



Extrait de "Philippe Kieffer - Chef des commandos de la France Libre" de Benjamin Massieu, Éditions Pierre de Taillac
http://editionspierredetaillac.com/index.php?id_product=24&controller=product

 

Collection : Gamma-Keystone

 

26 octobre 1962 / Palais de Chaillot - Paris

Collection : Gamma-Keystone

 

Extrait Cols Bleus / 1er décembre 1962

 

 


 

 

Date ? / Lorient


 


Décorations :

• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 28 août 1944
• Croix de Guerre 39/45 (5 citations)
• Military Cross (GB)
• British Empire Medal (GB)

 

 

 

 

Hommage au Cdt Kieffer suite à l'annonce de son décès

 

 

Source et remerciements / Facebook - Commandant Philippe Kieffer

Fiche sur site Compagnon de la Libération / Lien web

 

Actualités :

 

 

Le 11 novembre 2012, une cérémonie a eut lieu à Otterwiller en Alsace (2 km de Saverne), dans le village d'où était originaire le père du commandant. Après l'office religieux à 15h, la cérémonie militaire a commencé à 15h30 au monument aux morts, présidée par le Commandant de Marine Strasbourg. Après la présentation au fanion de la PMM, une plaque a été dévoilée sur cette place qui portera désormais le nom du commandant Kieffer. Un défilé se dirigea ensuite vers la salle polyvalente où un vin d'honneur fut servi

 

Article Presse / Dernières nouvelles d'Alsace / 13 novembre 2012

 

  Cliquez sur l'image pour agrandir

 

20 novembre 2012

Grandcamp-Maisy. Le commandant Philippe Kieffer repose depuis 50 ans au cimetière

 

Photo / Ouest-France

 

Une cérémonie anniversaire de la mort de Philippe Kieffer a eu lieu ce mardi dans le cimetière où il repose depuis cinquante ans à Grandcamp-Maisy. Philippe Kieffer reste dans les mémoires pour être à l’origine de la libération d’Ouistreham le 6 juin 1944. « Après avoir connu Dunkerque, le capitaine de frégate Kieffer rejoint les Forces françaises libres en répondant à l’appel de De Gaulle », a rappelé Serge Bigot, le maire de Grandcamp. Sur le modèle des commandos britanniques, Philippe Kieffer a eu l’idée de créer les commandos de marine, qui sont devenus les fameux Bérets verts. Après la guerre, Philippe Kieffer s’était installé à Grandcamp-Maisy. Il était devenu conseiller général et député en 1946. À sa mort, il avait demandé à être inhumé face à la mer.

Source web

 

 

 

Article Presse du 3 février 2013

 

  Cliquez sur l'image pour agrandir

 

 

Livre

A découvrir quelques pages / Lien web

 

Bon de souscription avant le 15 septembre

Cliquez sur l'image pour agrandir

 


 

Extrait TAM de Juin 1984

Remerciements Jean-Marie Saudemont

 

 

DVD

Lien web / Informations et commande

 

http://www.editionsdutriomphe.fr/commando-kieffer-6-juin-1944

 

 

Complément

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une rue porte son nom à Colleville-Montgomery

 

 

 

 

Photo identité / Source Musée Fusiliers Marins

 

 

 

 

19 novembre 2016 /  Inauguration de la nouvelle stèle en hommage au commandant kieffer à Cormeilles-en-Parisis

 

 

 

 

Extrait magazine municipal / Décembre 2016 - Janvier 2017

 

 

Remerciements Famille Kieffer

 

 

Donne son nom au commando Kieffer

 

 

 

Extrait revue Juin 1960

 

 

 

 

Complément PDF / Dossier complet / Extrait magazine Le Lien, magazine des fusiliers marins et commandos

Lien PDF / 10 Mo

 

 

Remerciements Bernard Dulou

Remerciements photo 19 novembre 2016 / Famille Bagot

 

 

 

- Retour Encadrement -

 

     

 

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://www.gitesclossaintjouin.com    http://staffie.tribu.griola.free.fr

 

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010