-------

 

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Biographie de Fusiliers marins et Commandos -

 

 

 

 

Marcel Pierre LABAS

 

 

 

 

 

Badge N° 170

 

 

 

 

Né le 2 avril 1922 à NANTERRE (Hauts de Seine)  -  Décédé le 6 juin 1944 à OUISTREHAM (Calvados)

 

Fils de Mathurin Pierre Marie, né le 31 janvier 1894 à La Vraie Croix (Morbihan), décédé le 14 janvier 1968 à Nanterre (Hauts de Seine)  et de Marie Louise BOUSSEAU

 

Inhumé au cimetière de NANTERRE (Hauts de Seine) / 7e division / 16e ligne / 9e tombe / Tombe perpétuelle

 

 

Un frère, Jean, né le 15 mai 1928 à NANTERRE (Hauts de Seine), marié le 28 juin 1952 à SURESNES (Hauts de Seine) avec Liliane Françoise BUSSIERE, née à SURESNES le 10 novembre 1932

 

Jean LABAS / Pas de mention de décès sur son acte de naissance. Mention même père mais autre mère : Marie Pauline Louise LE GALL, mariés le 11 septembre 1926 à NANTERRE (Hauts de Seine)

 

 

 

Dans le reportage "Les Français du jour J", mention d'un mariage ou fiançailles avant son départ de l'Angleterre, épouse enceinte

 

 

 

Embarqué sur le Richelieu lorsque le bâtiment est arrivé à New-York en février 1943

 

Décide de quitter ce bâtiment le 10 mars 1943 pour rallier les FNFL

 

 

 

Remerciements / Source web

 

 

 

Tué par un sniper en mettant en position sa mitrailleuse sur le boulevard d'Angleterre (Churchill) dans la matinée

 

 

 

Musée Cdo N° 4

 

 

 

 

Extrait fiche matricule

 

 

 

Archives Musée fusiliers Marins

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Complément :

 

Une lettre de Marcel Labas, extraite de N°4 COMMANDO, de Eric LE PENVEN et Stéphane SIMONNET

Mon cher papa et chère maman ainsi que mon chère frère.

A la veille de la grande bataille décisive pour la libération de notre pays, je vous écris cette lettre car comme je suis aux avants postes peut être n’arriverai je pas jusqu’à vous avant la fin de la guerre. J’ai tenu quand même a vous écrire cette lettre pour que vous sachiez ce que j’ai fait .

 

J’ai reçu ma dernière carte interzone venant de vous le 3 novembre 43 six jours avant la libération de l’Afrique du nord par les alliés. J’étais toujours sur le Richelieu, nous attendions nous aussi la bataille, mais je vous assure que moi c’est a contre cœur que je me serai battu car j’avais malgré j’étais commandé par des officiers vichystes, et que j’avais renié Pétain et sa clique. Après l’Afrique du nord, l’Afrique équatoriale ralliaient sans combattre le général Giraud.

 

Le Richelieu partit pour les États-unis pour se faire réparer car il en avait besoin.

 

Je n’y restait pas longtemps a bord, car j’avais appris qu’en Amérique, il existait une délégation de la France libre du général de Gaulle. Je n’hésitait pas je ralliait la France libre et j’entais dans l’armée du général de Gaulle. Je partis pour le Canada venant de New York et j’arrivais à Halifax, de là, je partis pour l’Angleterre d’où je suis actuellement.

 

J’arrivais à Londres d’où je restais quelques temps avant d’embarquer à l’école navale de la France libre, mais ce travail ne me plaisait pas il n’y avait aucun danger a courir et surtout je ne voulait pas rester planqué. Je fis plusieurs demande pour aller au corps franc des fusiliers marins mais cette demande me fut à chaque fois refusée car disait on que j’étais nécessaire a bord de mon bateau car vous savez que je suis opticien télémetriste. Je ne fis ni une ni deux je fis une grosse bêtise et j’attrapais 60 jours de prison, sitôt arrivé à la prison je fis une nouvelle demande qui cette fois ci fut acceptée car je dit comme cela que si ils ne voulaient pas m’envoyez au corps franc je préfèrerais rester en prison.


Cette demande fut acceptée j’entrais donc au corps franc qu’on appelle ici en Angleterre « Commandos » après un dur entraînement.


Je suis fier, que m’importe de mourir, je n’ai pas peur des balles, mais je veux qu’après le guerre vous n’ayez pas peur de citer le nom de votre fils et a en rougir.


La haine du boche nous tient tous au cœur, car nous savons qu’ils vous ont torturé, assassiné beaucoup des nôtres, affaibli la France, il veulent notre mort à tous. C’est pourquoi il faut en finir avec eux et les traîtres de chez nous.


Cher papa et chère maman je part bien triste aussi, car je vais vous confier mon histoire de cœur.


J’aime une jeune fille anglaise que j’ai rencontré durant mon séjour en Angleterre, je vais avoir un enfant d’elle et je suis bien triste car ma demande de mariage a été refusée car aucun papier ne peut m’être délivré avant le second front et pourtant j’aime cette jeune fille j’aurais voulu que l’enfant porte mon nom si je venais à mourir que voulez vous c’est le destin qui veut cela mais si je reviens je jure qu’elle sera ma femme, en attendant je lui lègue mes biens qui se montent a peu près à 10 000 Francs au moins quand l’enfant viendra pourra-t-elle commencer à l’élever.


Chers parents je remettrai cette lettre a cette jeune fille qui vous la remettra .


Elle est ma fiancée officielle je n’ai pu en faire ma femme mais elle est ma fiancée c’est la seule femme que j’ai vraiment aimé dans ma vie.


Chers parents je suis bien triste souvent quand je pense que vous êtes depuis quatre années dans cette prison qui s’appelle la France, que de souffrance vous avez dut endurer, ha ! les salauds ils vont le payer.


Chers parents je voudrais encore vous faire une demande si jamais des Anglais viennent à la maison ne les repoussez pas, car quoiqu’on dise sur eux, tous les Français que nous sommes en Angleterre nous avons été accueilli comme des frères dans la maison ou je suis actuellement je suis comme le fils de la moisson.


Ils ont compris le malheur de la France. Ils savent tous qu’un bon Français ne peut s’abaisser dans la honte de la collaboration et accepter de l’argent des boches car il lui brûlerait les mains.

Cher papa et chère maman je termine maintenant ma lettre car voyez vous j’ai tant de chose encore à vous dire mais il faudrait que je vous voie, je vous met aussi ma photo pour vous laisser un souvenir de moi en terminant cette lettre j’ai aussi les larmes aux yeux car peut être je me dis que je ne vous reverrai plus mais mon devoir il est nécessaire que je le fasse rien ne doit passer avant le devoir. J’ai quand même espoir de revoir Paris et notre maison.


Cher papa et chère maman je finis ma lettre en vous embrassant bien fort ainsi que toi mon frère Jean.


Embrassez pour moi toute la famille, et les voisins aussi.

 

 

 

 

 

 

Tombe

 

Vidéo / Lien web

 

Extrait

 

 

 

Situation

 

 

Avant entretien

 

     

   

 

 

Après entretien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tombe en cours de rénovation par l'ANFMC, section Paris en mai 2019

 

Avant ...

 

 

Puis ....

 

 

 

 

Inauguration le 6 juin 2019

 

Une participation financière a été obtenue par le Souvenir Français des Hauts de Seine, en la personne du Colonel Pierre GUY. Lors de cette cérémonie étaient présents : Le souvenir Français Colonel GUY: délégué général de Suresnes, le président de la section de Courbevoie M. JACOB, 5 membres de notre section ANFMC PARIS et son porte drapeau, Le président, de l' UNC de Nanterre et son porte drapeau, Le vice Président de l'UNC de la Garenne Colombes et son porte drapeau. Travaux de restauration effectué par Marius PETIT, trésorier de l'ANFMC Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remerciements Marius Petit / 15 juin 2020

 

 

6 juin 2021

 

 

Source Facebook / Correspondant Défense Bezons 95

 

 

 

 

En savoir plus / Lien web

 

 

Remerciements photos tombe / Olivier Pestre

 

Remerciements Bernard Dulou

 

Remerciements JP Hélias

 

 

 

 

Retour Base de données / 177 commandos Kieffer

 

 

     

http://www.serpent-a-lunettes.com  -  http://www.nommo.fr

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales !

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://staffie.tribu.griola.free.fr  http://tcdorage.free.fr