-------

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Biographie de Fusiliers marins et Commandos -

 

 

 

Léon Gautier

 

     

 

Badge n° 98

 

 

 

2014

 

Crédit photo / Figaro Magazine de juin 2014 en hommage à Léon Gautier

 

 

Né le 27 octobre 1922

 

Voir biographie / Interview en milieu de page

 

 

 

Douala / 1941

 

 

Remerciements photo / Gilles Leffray

 

 

 

 

 

 

17 juillet 1943 / Ecosse

 

 

 

 

 

 

 

Bexhill mai 1944, section Bagot, de droite à gauche;

 

Roeland, Logeais, x, Bagot, Croiser, Rouxel, Gautier, Dupont, Fourer, Jung, Le Reste, Messanot, Gannat

 

6e en partant de la gauche

 

 

 

 

 

 

 

 

Après sa démobilisation, Léon Gautier travaille en France dans une entreprise de carrosserie puis au Cameroun et au Biafra pour le Comptoir français d'Afrique occidentale pendant sept ans.

 

Après avoir repris ses études, il achève sa carrière professionnelle dans l'Oise dans l'expertise automobile.

 

 

6 juin 1964

 

Extrait photo groupe

 

 

 

1970 / Benouville

 

 

 

Remerciements JP Hélias / Identification

 

 

Année ?

 

 

Remerciements photo / Virginie Duval

 

 

 

1972

 

 

 

Il vit aujourd'hui à Ouistreham (Calvados), non loin de l'endroit où il a débarqué le 6 juin 1944.

 

Il est membre du conseil d'administration du musée du Numéro 4 Commando, président de l'Association des Commandos français et participe à différentes interventions auprès des élèves.

 

 

 

 

Date ?

Remerciements Joël Tanter / Extrait "La Bataille de Normandie"

 

 

 

 

 

 

Médaille militaire

 

 

Extrait vidéo 7'30 / Lien web

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1988

 

 

 

20 avril 1991 à Guillancourt (Somme)
 
 
 

11 novembre 1991

Extrait Magazine Le Lien / Musée Fusiliers Marins

 
 
1994
 
 
 

 

 

6 juin 2000 / Port de Ouistreham

 

 

 

 

2004, en Ecosse

 

 

 

 

 

Extrait Cols Bleus / 8 mai 2004
 
Déplacement en Hollande
 
 
 
 
Extrait Cols Bleus / 19 juin 1994

 

 

Photo de Dorothy, veuve du commando Raymond Rabouhans, a l'inauguration de la plaque commémorative a Ste. Marguerite-sur-Mer, 19 aout 1996..

Elle est accompagnée par Maurice Chauvet, André Bagot et Léon Gautier

Remerciements photo / Noël Rabouhans

 

Michel Vincent, Léon Gautier, Paul Chouteau, André Bagot et Robert Piaugé

 

Date ?

Robert Piaugé, Michel Vincent et Léon Gautier

 

 

2004, avec Jacques Chirac, Président de la République

 

 

Témoignage / 24 pages

A découvrir - Lien web

Edité chez Bayard dans les années 2000 / Remerciements Benjamin Massieu

 

Extrait Journal St Pierre et Miquelon - Journée du timbre à Ouistreham

 

Juin 2008 / Extrait Journal TF1

 

6 juin 2008 / Ouistreham

Source web

 

 

Juin 2009

Cliquez sur l'image pour agrandir

 

 

France culture - 22 janvier 2017 - Emission d'une heure consacrée aux 177

 

  Lien web Ecoute sur le net  ou option MP3 (Prendre contact par mail)

 

 

 

 

Interview

TDC : En 1940, dans la marine. Pourquoi cet engagement alors que vous n’êtes âgé que de 17 ans ?

Léon Gautier. Je me suis engagé en février 1940. J’étais jeune, c’est vrai, mais il faut se rappeler le contexte de l’époque. Nous étions nourris par une pensée patriotique en souvenir de la guerre de 1914-1918. Toute notre jeunesse, nous avons été élevés dans le souvenir des morts de la Grande Guerre ; dans les familles, les discussions tournaient souvent autour des « Boches ». Nous apprenions La Marseillaise dans les écoles dès l’âge de 6 ans. Aussi, lorsque la guerre a éclaté, beaucoup de mes camarades se sont-ils engagés. J’ai choisi la marine, la seule arme qui pouvait m’accepter malgré mon âge.
 

TDC : Donc, en juin 1940, vous allez en Angleterre…

L. G. À bord du Courbet, nous avions pour mission de défendre Cherbourg et de tirer sur les convois allemands. Puis, le 20 juin, nous rejoignons l’Angleterre. Là-bas, des officiers nous demandent si nous voulons nous engager dans l’armée britannique pour continuer la guerre. Nous n’étions pas très emballés ! Quelque temps après, chez de jeunes Anglais, nous apprenons par la radio l’existence d’une troupe française commandée par le général de Gaulle. C’était la première fois que j’entendais parler de lui. Nous sommes donc partis avec deux camarades à Londres le 13 juillet 1940. Dès le lendemain, nous avions une inspection par le général de Gaulle et l’amiral Muselier. J’ai embarqué ensuite comme canonnier sur Le Gallois, un navire de commerce, et nous sommes partis dans l’Atlantique en convoi pour le transport de minerai. Au retour, nous avons été attaqués par des u-boat. Des bateaux ont été coulés et des marins se sont noyés. J’en ai fait des cauchemars longtemps après la guerre. Après cette expédition, nous sommes rentrés en Angleterre. J’ai été envoyé comme fusilier marin au Liban jusqu’en 1943. Puis, je me suis porté volontaire pour les commandos du commandant Kieffer.
 

TDC : Au sein de ce commando, vous aviez reçu une formation pour vous préparer au débarquement ?

L. G. Nous avons été formés pendant plusieurs semaines dans un camp spécial en Écosse, à Achnacarry. Discipline de fer et entraînement très difficile. Les instructeurs britanniques nous menaient la vie dure. On escaladait des falaises, on s’entraînait au close-combat, les exercices se faisaient à balles réelles, on apprenait à
lire les cartes, on nous larguait quelque part et il fallait se débrouiller pour retrouver sa route. On devait faire les 7 miles (11 km 200) en moins d’une heure, et pas en tenue de sport, avec un sac sur le dos et l’armement ! Quand vous sortiez de là, vous étiez devenu un combattant d’élite.
 

TDC : Arrive le moment du débarquement. Comment se passent les préparatifs ?

L. G. On nous rassemble dans un camp secret et on nous informe des plans du débarquement une semaine avant. Les plages avaient des noms de code comme Juno ou Sword. Mais nous avons su rapidement où l’on allait car, parmi nous, les Havrais avaient identifié la région de Ouistreham sur les cartes. Les officiers britanniques nous ont donné l’ordre de garder le secret. Le débarquement était prévu le 5 juin, mais le temps était trop mauvais. Nous nous sommes alors regroupés dans deux barges de 90 hommes autour de l’île de Wight, et, vers 22 h 30, nous avons pris la mer. Beaucoup ont souffert du mal de mer. Je me souviens que l’on nous a servi une soupe, c’était, paraît-il, une soupe de tortue ; je n’ai pas trouvé cela très bon…
 

TDC : Le 6 juin, vous aviez le sentiment de vivre une journée historique ?

L. G. En voyant les côtes de France, nous avons eu un petit pincement au cœur. Il y avait de la joie et de l’appréhension. Mais nous nous sentions très forts. Il faut dire que nous faisions partie d’une armada qui semblait invincible. Aucun d’entre nous n’aurait voulu laisser sa place. On se doutait un peu que notre débarquement allait compter pour la suite de la guerre, mais ce qui importait, c’était ce que nous allions faire sur le moment. Au matin, le débarquement se déroule avec de la casse. Alors que nous étions encore au large, les canons nous tirent dessus. On arrive à Colleville. En face ils ne sont pas surpris, malgré la brume et les fumigènes. Nous avions pour mission de prendre la route de Lion et le casino, un blockhaus en fait. Le casino tombe grâce au soutien d’un char trouvé par le commandant Kieffer. La troupe 8, dont je faisais partie, devait neutraliser les défenses de la côte. Même si nous étions abrités par les dunes, nous avons subi des pertes : le premier jour 10 tués et 36 blessés évacués sur 177 hommes, ce qui fait 25 % des effectifs hors de combat !
 

TDC : Vous vous attendiez à plus de pertes ?

L. G. Kieffer nous avait dit avant le départ dans cette aventure : « Il n’y a peut-être pas dix d’entre vous qui reviendront. Celui qui ne veut pas y aller peut très bien ne pas débarquer, je ne lui en voudrai pas. » Nous sommes tous restés, l’envie de rentrer chez nous était plus forte que la peur.
 

TDC : Comment se termine cette journée ?

L. G. Les combats à Ouistreham s’achèvent vers 11 h 30. Alors que nous retournons récupérer nos sacs laissés dans une colonie de vacances, des avions nous mitraillent. Puis, vers 17 heures, nous rejoignons le secteur de Pegasus Bridge pour garder la tête de pont sur l’Orne. Nous devons y faire face à des contre-attaques violentes. Les combats continuent ensuite dans l’Eure. Fin août, les Allemands passent la Seine et nous sommes rapatriés sur l’Angleterre. Pour ma part, la guerre se termine là car je me casse une cheville, mais mes camarades se battent encore durement en Hollande.
 

TDC : De quelle manière se passe l’après-guerre pour vous ?

L. G. Je suis rentré en France, gare du Nord. Nous étions sans un sou avec ma femme. Il a fallu que je me débrouille parce que le gouvernement de l’époque nous a laissé tomber. On avait l’impression de ne pas exister. Des marins qui étaient restés planqués pendant la guerre nous jalousaient car nous avions le droit de porter la croix de Lorraine ; ils avaient peur que nous prenions leur place sans doute. Du coup, j’ai quitté l’armée pour trouver du travail dans le civil.
 

TDC : Alors que l’on se prépare à fêter le soixantième anniversaire du Débarquement, vous avez l’impression d’être enfin reconnu ?

L. G. Nous avons toujours été bien accueillis par la population normande. Au niveau de l’État, c’est seulement depuis les années 1980 que l’on s’intéresse à nous. Malgré cela, mes camarades ont réussi à s’en sortir et à vivre honnêtement. Aujourd’hui, nous nous réunissons souvent entre vétérans, nous sommes restés très solidaires. Par ailleurs, je fais visiter le musée du Numéro 4 Commando à des élèves pour perpétuer la mémoire de ceux qui sont tombés pour libérer leur pays.

Source Web / 2004

 

1992 / Remise de décoration et biographie de Léon Gautier

 

Ouest-France / 6 mai 2008

 

 

Juin 2004

Après le maire, en partant de la gauche

 

6 juin 2004

Crédit photo: © Getty / Maurice McDonald / Facebook Commando marine

 

 

Léon Gautier, 85 ans, est un des 21 survivants du commando Kieffer qui a libéré la plage d'Ouistreham en juin 1944. Le 8 mai avec le président Sarkozy, sa mémoire ne faillira pas.

Bon pied bon œil Léon Gautier. A 85 ans, sa mémoire est vive et agile. Comme l'ancien fusilier marin qu'il était, engagé dès 17 ans en 1939 en Bretagne. À Ouistreham qu'il a libérée, l'actif président de l'association des Anciens du commando Kieffer ne ménage pas son temps notamment auprès des collégiens. Comment le jeune apprenti carrossier de Rennes s'est engagé ? « À l'époque on était patriote. On sortait de la première guerre mondiale. En famille et entre voisins on parlait de quoi ? De la guerre, bien sûr ! » L'apprenti canonnier fait ses armes sur Le Courbet navire qui sera coulé à Colleville-Montgomery, près d'Ouistreham, le 12 juin 1944.

Le jeune marin débute son combat contre l'occupant en juin 1940. « On tirait encore les 18 et 19 juin contre l'avancée allemande à Carentan. On n'a jamais entendu l'appel du 18 juin ». Entre se battre dans la Marine anglaise ou rentrer en France Léon choisit de rentrer. Pas longtemps. Chez des Anglais, la radio évoque « une armée française qui n'admet pas la défaite et veut honorer l'alliance avec les Britanniques. Je n'ai pas réfléchi longtemps et j'ai rejoint les Forces Françaises Libres à Londres le 13 juillet. »

Revoir la terre de France

Afrique, Moyen-Orient, Liban, Syrie au bataillon des fusiliers marins : Léon enchaîne les embarquements. En 1943, plutôt que de rentrer en Afrique du Nord il rejoint un commando interallié en Angleterre. « À 20 ans, on est très motivé. Savoir que les membres de commando étaient torturés et condamnés à mort attisait notre haine. »

Les durs entraînements de commandos d'Achnacarry en Écosse forgent encore plus le jeune Léon Gautier. Huit jours avant le Débarquement en Normandie, leur commandant Philippe Kieffer leur parle franchement : « Il n'y en a pas dix d'entre vous qui vont rentrer intacts ! »

Il est 7 h 20 le 6 juin lorsque le quartier-maître Léon Gautier débarque sur la plage de Colleville dans la barge 523. « Notre mission était de prendre toutes les défenses par l'intérieur de Colleville jusqu'à Ouistreham. » Son sentiment au moment ? « Ça tiraillait de partout. Mais revoir la terre de France... C'est une émotion qu'on ne peut pas d'écrire. C'est au fond de nous. » À 11 h 30, Ouistreham est libérée. On compte 10 tués et 36 blessés sur les 177 Français, les seuls à avoir débarqué au matin du 6 juin. Fin août, ils ne seront plus que 24 à sortir indemnes de la campagne de Normandie.

Tous ces souvenirs et bien d'autres ne manqueront pas ce 8 mai lors de la cérémonie de commémoration avec le président Sarkozy. Un sixième commando de forces spéciales marines prendra le nom de Philippe Kieffer. Une fierté pour Léon ? La réponse immédiate est modeste : « Pourquoi pas. On est en voie de disparition »

Source Web

 

Extrait Livre d'Or de l'Ecole des Fusiliers Marins / 19 mars 2004

Crédit photo / Musée Fusiliers Marins

 

1er juin 2006 à Ouistreham

 

24 octobre 2007 / Ouistreham

Avec le CF Pellegrin / Extrait Livre d'or de l'Ecole des Fusiliers Marins de Lorient

 

23 novembre 2007 / Lorient

Extrait Livre d'or de l'Ecole des Fusiliers Marins de Lorient

 

5 juin 2009 / Ouistreham / Marcophilie

Timbre sur Léon Gautier, inspiré du portrait peint par Aude Guilhou - Durnerin

       

Lien Web Aude Guilhou - Durnerin

 

Extrait Bande annonce / Documentaire / Lien web

Documentaire Les Français du Jour J le 26/05/2014 sur France 3

 

 

 

Témoignage audio MP3 / Extrait émission

Format MP3 / Durée 2h50

Téléchargement MP3 / 158 Mo

Remerciements Famille Bagot et Corinne Lombard

 

28 février 1998 / Paris - Arc de triomphe

Source / Musée des fusiliers marins

 

2009

Archives Musée Fusiliers Marins / Photo Jean-Jacques Lebail

 

Juin 2009

Remerciements Photo Jean-Jacques Lebail / Archive Musée Fusiliers Marins

 

2009

 

Juin 2009

Remerciements Photo Jean-Jacques Lebail / Archive Musée Fusiliers Marins

 

Juin 2009

Remerciements Photo Jean-Jacques Lebail / Archive Musée Fusiliers Marins

 

Juin 2011

 

 

Saint Malo, 14 décembre 2012, avec Jean Morel

Source web

 

 

Commandeur de la Légion d'honneur en 2014

 

Par décret du Président de la République en date du 4 juillet 2014, Commandeur de la Légion d'honneur

 

 

La promotion 2015-2016 de la PMM KIEFFER portera le nom de promotion "Léon Gautier"

 

 

27 mars 2016 / Décès de son épouse, Dorothy

Photo du 6 juin 2010

 

Article presse du 28 mars 2016

 

 

Cérémonie du 8 mai 2016 en présence de Léon Gautier - Ouistreham

 

Photo - Raphaël Chauvois

 

 

Source web

 

 

FR3 Normandie - 30 mai 2016

 

 

Article Presse / Octobre 2016 - Manche Libre

Remerciements Stéphane Saint Martin

 

 

94 ans, le 27 octobre 2016

Source web

 

 

19 novembre 2016

Inauguration de la nouvelle stèle

en hommage au commandant kieffer à Cormeilles-en-Parisis

 

 

Remerciements photos / JP Monmasson

 

8 mai 2017 à Ouistreham

Remerciements photo - Sophie Börner

 

 

Cérémonie du 8 mai 2017 à Ouistreham

Remerciements photo / Frédéric Vandentorren

 

 

5 juin 2017

 

Galerie photos des cérémonies commémoratives du 5 juin 2017 / Lien web

3 cérémonies sur Ouistreham le 6 juin 2017 - 170 Photos Alain Menfroi / Lien web

Cérémonie de Tradition de l'Ecole des Fusiliers Marins le 6 juin 2017 à Ouistreham / Lien web

 

 

 

 

Juin 2017 / INTERVIEW - Durée 6mn

Lien web

 

 

9 juillet 2017. Léon Gautier, commando Kieffer, avec le grand sourire
à la cérémonie de la côte 112. Merci àGilles Leffray pour cette photo

 

 

 

26 août 2017

Mémorial La Flamme

Cérémonie organisée par "Westlake Brothers Souvenir" / Source Facebook

 

 

Remise d'un béret vert lors d'une cérémonie

Source Facebook / Commando Marine

 

 

22 septembre 2017 / Baptême à Ouistreham de la nouvelle embarcation des sauveteurs aquatiques

Source Facebook / SDIS14

 

95 ans

Source Facebook / Villa Andry

 

 

Reportage / Les français du jour J

Source web : https://youtu.be/6ie5G7Yqe78

 

 

Extrait Reportage C8 / Commandos marine

6 juin 2017 - Ouistreham

 

 

Avril 2018

Source web

 

 

Colleville-Montgomery / 8 mai 2018

 

 

6 juin 2018

 

 

 

 

 

Retour Base de données / 177 commandos Kieffer

 

 

     

http://www.serpent-a-lunettes.com  -  http://www.nommo.fr

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales !

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://staffie.tribu.griola.free.fr  http://tcdorage.free.fr       

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010 - MERCI à TOUS !