-------

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Officiers et anciens élèves -

 


Charles PAVOT

(1920 - 2009)

 

 

 


Né le 3 juin 1920 LANDUNVEZ (Finistère) - Décédé en 2009

 

Entre à l'Ecole navale en 1939.

Enseigne de vaisseau de deuxième classe le 15 juillet 1940.

Enseigne de vaisseau de première classe le 15 juillet 1942.

Malade (tuberculose pulmonaire), en soin puis réformé

 

Lieutenant de vaisseau (H)

 

Fonde la compagnie minière de Saint Renan (Finistère)

 

Ecrivain

 

 

Complément :

"N’en déplaise à l’auteur, ce n’est pas une vie ordinaire que celle de Charles Pavot, mais plutôt une existence faite de hauts et de bas, de rebonds après des coups durs, qui le mène de la guerre à la retraite en plusieurs vies, toutes aussi passionnantes les unes que les autres.

L’histoire a très vite bousculé la carrière du jeune officier de marine, né en 1920, dont l’école prend la fuite vers Dakar à bord du Richelieu.

Fidèle à la marine de Darlan, il subit le traumatisme de Mers-el-Kebir, Dakar, Madagascar, il est le témoin de combats fratricides au Gabon et en Syrie.

Autres chocs tout aussi douloureux : l’assassinat de Darlan et le sabordage de la flotte, à Toulon, qui est pour l’auteur «le plus grand désastre maritime de la France, de toute son histoire» : c’est dire le ton de la première partie de ce livre de souvenirs.

Retour en France et brusque coup d’arrêt infligé par une longue et douloureuse maladie qui interrompt sa carrière maritime pendant quatre ans.

Ce ne sera pas le dernier tournant de sa vie.

D’autres aventures commencent : reprenant après son père la direction de l’usine de traitement d’algues d’Argenton pour extraire de l’iode ou de la soude, il devient ensuite prospecteur d’uranium pour le CEA puis découvre à Saint-Renan de la cassitérite, minerai de l’étain.

Avec la participation du Bureau de recherches géologiques et minières, il crée la COMIREN, compagnie minière de Saint-Renan, qui produit jusqu’à 500 t de cassitérite par an.

De la mine au dragage, il n’y a qu’un pas qu’il franchit, ce qui l’amènera à la création ou à l’aménagement de ports comme La Trinité ou Carnon, et de la Marina de Cogolin, puis à Fos et à Monaco pour le réemploi du sable issu du dragage.

Six mandats, dont cinq comme maire à Porspoder, et neuf ans au tribunal de commerce de Brest. Qui dit mieux ?

Si l’on ajoute à tout cela que l’auteur a été également un «voileux» de très bon niveau, un tennisman acharné, un bridgeur honnête et un bon danseur, un pêcheur et un chasseur passionnés et bien sûr un paterfamilias respecté d’une première, puis d’une deuxième famille, on ne peut qu’être admiratif du personnage qui a su faire fructifier ses talents et construire une belle vie d’homme, pleine, riche mais non sans vicissitudes, et tournée vers les autres.

Il n’en a tiré aucune vaine fierté, mais beaucoup de joies".

N.M

Source web
 

 

En savoir plus / Lien web

Remerciements à Gilles Jogerst / Généamar pour ses recherches et la mise à disposition de ses données

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/liste_sujet-1.htm
 

 

Retour Officiers et anciens élèves

 

     

http://www.serpent-a-lunettes.com  -  http://www.nommo.fr

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales !

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://staffie.tribu.griola.free.fr  http://tcdorage.free.fr       

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010 - MERCI à TOUS !