-------

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Officiers et anciens élèves -

 

 

Jean Le COURTOIS du MANOIR
 
(1887 - 1974)

 

 

 

Né le 16 février 1887 à CAEN (Calvados) - Décédé le 9 juin 1974 à BOULOGNE BILLANCOURT


Entre dans la Marine en 1905

Aspirant le 5 octobre 1908; port CHERBOURG.

Au 1er janvier 1909, sur le croiseur cuirassé "BRUIX", Division navale d'Extrême-Orient (Cdt Louis JOCHAUD du PLESSIX).

Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1910.

Aux 1er janvier 1911, 1912, sur le croiseur "DU-CHAYLA", Division navale du MAROC (Cdts Victor SENÈS puis Charles De MARLIAVE).

Officier breveté Torpilleur.

Au 1er janvier 1914, sur le cuirassé "JUSTICE", 2ème Escadre, 1ère Armée navale (Cdt Charles ESTIENNE).

En octobre 1916, Second sur croiseur auxiliaire "GALLIA", il est cité à l'ordre de l'Armée navale : "Officier en second. A fait preuve, lors du torpillage du GALLIA par un sous-marin ennemi, de belles qualités d'initiative et de sang-froid. A assuré l'évacuation du personnel jusqu'à la disparition du bâtiment.".

 

Extrait Ouest-France / 10 octobre 1916

 

 

--------

 

Rapport de l'enseigne de vaisseau Le Courtois du Manoir, officier en second du GALLIA

Le 3 octobre 1916, le Gallia a embarqué à Toulon environ 2 050 passagers à destination de Salonique. Il y avait 1 550 soldats français, 350 serbes et à peu près 50 marins.

Il faisait complètement nuit quand nous sommes sortis des passes et nous avons aussitôt pris l'allure de nuit à 75 tours, soit 15 nœuds, en suivant les routes prescrites. Je me suis assuré alors que tous les passagers avaient reçu une ceinture de sauvetage. Le lendemain matin à 4 heures, j'ai pris le quart jusqu'à 8 heures. Au jour vers 5 h 45, j'ai mis les machines à 85 tours, soit 17 nœuds et j'ai commencé à faire des embardées de 50° tous les 1/4 d'heure autour de la route moyenne le 5.8 E., ce qui donnait une vitesse de 15 nœuds sur le fond. Je n'ai rien vu pendant ce quart. A 8 heures, le Commandant m'a dit : « Pour le passage de San Pietro, fous ferez doubler les quarts, c'est un passage dangereux. » Je suis descendu de la passerelle et j'ai été parler au Capitaine (Hyacinthe de Couessin) qui était le plus ancien officier de l'armée présent à bord et je lui ai indiqué les endroits où il devait faire réunir les troupes en cas d'évacuation du bâtiment. Puis je l'ai prié de donner l'ordre à ses hommes de s'y rendre à titre d'exercice. Quand il me fut rendu compte que les hommes étaient réunis, je suis passé partout moi-même, faisant à chaque groupe les recommandations qui me paraissaient les plus indispensables. J'ai constaté que la plupart des hommes n'avaient pas leur ceinture de sauvetage sur eux. J'ai alors donné l'ordre formel d'avoir sur eux leur ceinture jour et nuit et attachée comme elle doit l'être. Rien de particulier ne s'est passé jusqu'à 14 h 15, heure de l'appel du Guichen signalant un sous-marin sur notre route à 15 milles en avant de nous. J'étais à ce moment sur la passerelle et nous étions dans le Sud de San Pietro, dont nous étions passés à 9 m. 15 dans l'Ouest vers 13 h 45. Le Commandant m'a dit alors : « C'est un sous-marin qui vient de l'ouest et qui rentre ; nous allons venir à l'ouest. » Puis, à la réflexion, le Commandant a pensé que ce sous-marin devait voir nos cheminées au-dessus de l'horizon, le temps était remarquablement clair, et qu'ainsi il nous voyait venir à droite. Il m'a dit alors : « Assurez-vous que nos hommes veillent bien. Il y aura un passage dangereux entre 17 h 15 et 18 h 30. Vous monterez sur la passerelle. » Je suis alors descendu de la passerelle et j'ai fait des rondes recommandant aux hommes de veille de faire la plus grande attention. Je me suis assuré plusieurs fois que mes ordres étaient exécutés.

À 17 h 15 je suis monté sur la passerelle. J'ai regardé la carte, et autant que je me le rappelle, les routes étaient depuis 14 h 5 : 14 h.15, W.- 15 h.15, S.45 W.- 16 h.30 Sud - vitesse 17 nœuds - embardées de 50° tous les 1/4 d'heure - vitesse sur le fond 15 nœuds. A 17 h 44 exactement, j'étais à bâbord avec le Commandant et le chef mécanicien, quand un homme a crié « une torpille par tribord ». Le Commandant a aussitôt crié avant d'avoir rien vu « A gauche toute », puis presque aussitôt après, comme nous arrivions à tribord : « Nous sommes fichus ». La torpille n'était plus en effet qu'à quelques mètres de nous. Le Commandant a manœuvré les machines et je crois me rappeler qu'il a mis bâbord en arrière toute, puis tribord en arrière toute. A ce moment l'explosion s'est produite. Elle a été violente, mais j'avoue que je m'attendais à un bruit plus fort et surtout à un ébranlement plus grand du bâtiment. Le Commandant a alors mis le télégraphe des machines sur « Attention », puis a donné l'ordre d'évacuation. La torpille avait touché par le travers de la cale arrière, ce qui a permis un gros dégagement d'air par en haut et a empêché les cloisons étanches de céder. Aussitôt j'ai quitté la passerelle et me suis rendu sur le pont des embarcations, en criant aux hommes qui montaient : « Coupez partout les saisines des embarcations et radeaux ». Après avoir constaté que mon ordre était exécuté, je me suis rendu dans les logements des troupes du pont B et j'ai dit aux soldats : « Mettez-vous en rang comme je vous ai placés ce matin ». J'ai alors admiré le sang-froid de ces hommes qui, sans un cri, sans un murmure se sont placés comme je leur disais. J'ai ajouté : « Enlevez vos bandes et vos souliers ». Puis je suis allé à l'arrière du pont B. Là j'ai vu le mécanicien de 2e classe Acher qui m'a dit : « Toutes les portes étanches sont fermées ». J'ai répondu : « Mais le bateau étale, il ne prend pas de bande ». A ce moment est arrivé le Commandant qui a dit : « Eh ! bien ». Monsieur Acher a alors répondu je crois : « Les machines se remplissent, la cloison va céder ». J'étais étonné de ne pas entendre le crépitement de l'antenne de TSF, mais à ce moment j'ai aperçu nettement à 300 mètres sur l'arrière un périscope. J'ai crié : « Amenez les embarcations » et je me suis précipité à la pièce extrême arrière du pont C pour faire ouvrir le feu. Mais quand je suis arrivé, j'avais de l'eau jusqu'aux chevilles et ne voyais plus rien. J'ai dit : « Jetez-vous à l'eau » et ai essayé de regagner l'avant. Je suis arrivé jusqu'à la grue tribord arrière ; là une cuisine roulante déplacée m'a barré la route. L'eau gagnait de plus en plus. J'ai retiré mon veston en criant à des soldats près de moi : « Larguez tout, à l'eau », puis j'ai perdu pied. A ce moment, j'ai entendu un coup de sirène prolongé et j'ai compris que c'était l'adieu du Commandant. J'ai nagé un peu pour me dégager des remous. Et, à environ 15 mètres, j'ai vu le Gallia dressé verticalement. A ce moment, je suis moi-même disparu et quand je suis remonté il n'y avait plus rien qu'une mer couverte d'embarcations, de radeaux et d'épaves. Le Gallia a coulé à 17 h 57. J'ai nagé alors vers un radeau où j'ai été recueilli par le canonnier Bellot. Nous avons encore recueilli quelques naufragés jusqu'à la nuit. Je savais qu'aucun signal par TSF n'avait été fait et j'ai pensé à armer un canot pour me rendre en Sardaigne. Malheureusement, la nuit est venue et, malgré mes appels réitérés, aucun canot n'a voulu m'accoster. Plusieurs cependant sont passés à portée de voix, dont quelques-uns très peu chargés, mais dans l'obscurité je n'ai pu distinguer qui les montait. Le temps absolument calme nous a permis de passer la nuit sans trop de peine. Vers 21 h j'ai été appelé par mon nom, j'ai cru reconnaître la voix du chef mécanicien M. [L.P.N] Ollivier ; j'ai répondu, mais je n'ai rien entendu ensuite.

Le 5 octobre à l'aube, j'ai vu les embarcations armer leurs avirons et deux groupes se former, l'un allant vers le Sud, l'autre vers le Nord. J'ai regretté qu'aucune d'elles ne vienne près de moi. La situation était assez critique car il n'y avait aucune raison qu'on vienne à notre secours. J'ai aperçu à environ 1 500 mètres de moi un canot qui ne bougeait pas et avait à bord une soixantaine de soldats. J'ai déposé ces hommes sur différents radeaux et j'ai formé un équipage de 30 hommes sachant bien nager. J'ai gardé à bord deux blessés, qui étaient déjà dans le canot et le lieutenant d'infanterie Libis. Il n'y avait malheureusement ni voile, ni compas dans le canot.

A 11 heures je me suis mis en route au nord-est me guidant sur le soleil. J'avais réparti mes hommes en 3 équipes qui se relayaient toutes les demi-heures. Vers 15 h 30 j'ai aperçu un bateau que j'ai reconnu peu après pour être le Châteaurenault. J'ai fait des signaux qui, je crois, n'ont pas été vus. Mais le croiseur faisait route vers le lieu du naufrage et j'avais la presque certitude qu'il avait aperçu les radeaux.

J'ai pensé à faire demi-tour, mais je savais qu'il y avait des canots devant moi et j'ai considéré comme mon devoir de continuer. Vers 17 heures j'ai rejoint un canot, conduit par le docteur Varenne. Ce dernier m'a demandé ce qu'il fallait faire. Il avait à bord une voile et un compas. Nous nous étions éloignés de 14 à 15 milles déjà. Aussi lui ai-je dit de suivre route au nord-est. Il a été convenu que nous échangerions des signaux pas Coston à 0 h et à 3 h. J'ai continué ma route. La nuit je me suis dirigé sur la Polaire et vers 3 heures j'ai vu le feu de San Pietro. A 0 h.et à 3 h les signaux convenus furent échangés. Plusieurs fois nous aperçûmes des lueurs de projecteur. Au jour on voyait distinctement la terre et près de nous il y avait le canot n° 8, conduit par le maître de manœuvre et le premier-maître mécanicien Cassaulet. L'embarcation du docteur n'était pas en vue. Je suis arrivé facilement à 8 ou 10 mille de terre. Mais là un courant portant au nord-ouest nous empêchait de gagner et il a fallu mettre deux ou trois hommes sur chaque aviron pour avancer. Nous avons ainsi réussi à dépasser le N.S. du feu de San Pietro, mais un vent frais de nord-ouest s'est levé qui nous a obligés d'atterrir sur l'île d'Antiocco. Pendant ce temps l'autre canot avait mâté et réussi à tourner la pointe sud de San-Pietro. A environ 1 500 mètres de la terre, une tartane de Carlo Forte nous a pris à la remorque et peu après un vapeur qui avait déjà recueilli le canot 8 venait à notre rencontre et nous débarquions en ville à 19 heures. Je tiens à signaler l'accueil particulièrement cordial que nous avons reçu de la population. Mes hommes ont été logés, nourris et vêtus avec la plus grande attention. Monsieur le lieutenant de vaisseau, Capitaine du port, et Monsieur l'agent consulaire se sont particulièrement dévoués.

Sur ma demande ils ont immédiatement signalé le lieu de naufrage du Gallia. Le lendemain à 16 h 30, l'Aldébaran arrivait sur rade. Les autorités ont mis à ma disposition un vapeur pour rejoindre la Normandie qui nous a menés à Bizerte.

Je tiens à signaler l'entrain et le courage des hommes qui sont allés avec moi à l'aviron jusqu'à San Pietro et particulièrement Monsieur le lieutenant Libis, qui nous a aidés autant qu'il a pu.

J'ai constaté de nombreux cas de bravoure et d'abnégation chez les soldats passagers, mais, ne les connaissant pas, il m'est impossible de rapporter leurs noms et je serais même malheureusement incapable de les reconnaître. Amiral, je ne puis terminer sans rappeler la conduite sublime de notre Commandant, qui voyant tout perdu, s'est suspendu à la sirène et nous a dit adieu dans un long cri d'alarme.
 

--------

 

 

Croix de guerre.

Lieutenant de vaisseau le 13 juillet 1917.

Au 1er janvier 1918, port CHERBOURG.

Chevalier de la Légion d'Honneur.

Au 1er janvier 1921, Chef du Service des communications en ALGÉRIE.

 

Extrait Ouest-France / 10 mars 1921

 

Capitaine de corvette le 1er mai 1926.

 

Extrait Ouest-France / 20 juillet 1927

 

 

Extrait Ouest-France / 18 octobre 1929

 

 

Extrait Ouest-France / 24 décembre 1930

 

 

Extrait Ouest-France / 1er juillet 1931

 

 

Capitaine de frégate le 5 juillet 1931.

Au 1er janvier 1932, port CHERBOURG.

Inscrit au tableau de concours de la Légion d'Honneur.

 

Légion d'Honneur

Extrait Ouest-France / 5 juillet 1932

 

 

Extrait Ouest-France / 27 juillet 1933

 

 

Extrait Ouest-France / 20 mars 1934

 

 

Extrait Ouest-France / 1er mars 1940

 

 

Admission à la retraite

 

 

Remerciements Stéphane Giran

Remerciements à Gilles Jogerst / Généamar pour ses recherches et la mise à disposition de ses données

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/liste_sujet-1.htm
 

 

 

Retour Officiers et anciens élèves

 

     

http://www.serpent-a-lunettes.com  -  http://www.nommo.fr

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales !

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://staffie.tribu.griola.free.fr  http://tcdorage.free.fr       

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010 - MERCI à TOUS !