-------

 

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Officiers et anciens élèves -

 

 

Joseph-Élie HUON de ROSNE

(1765 - 1812)

 

 

 


Né le 6 septembre 1765 à SAINTES (Charente Maritime)  -  Décédé dans son domicile de la rue de Notre-Dame, le 13 avril 1812 à SAINTES (Charente Maritime)

Fils de Charles Antoine HUON de ROSNE (1737 – 1808) cornette de cavalerie, et de Marie-Louise de LAAGE (morte en 1810).

Parent (par sa grand-mère Elisabeth du Breuil) du capitaine de vaisseau Louis de Rigaud de Vaudreuil (1728 – 1810), garde de la marine en 1743.

 

Lettre du ministre de la marine à M. De Vaudreuil, capitaine de vaisseau à Rochefort

 

 

Reçu aspirant garde de la marine à Rochefort le 1er avril 1780.

 

 

Il servit comme garde de la marine sur la frégate L’Hermione entre 1782 et 1784.

Christian de La Jonquière le mentionne comme ayant pris part à la guerre d'Indépendance des États-Unis, mais cela paraît peu probable, l'Hermione étant revenue en France début 1782.

Il fit campagne dans les mers de l'Inde, au sein de l'escadre Suffren, en 1782-1783.

Il y exerça les fonctions d'enseigne de vaisseau en 1783.
 




 


Promu lieutenant de vaisseau au département de Rochefort le 24 décembre 1788.

 

 

Il émigra en 1791 et se rendit au cantonnement d'Enghien.

Arrivé le 27 novembre, il fut aussitôt incorporé dans la 1ère Cie d'infanterie des officiers de la marine royale.

Au sein de l'armée des Princes, il participa à la campagne de 1792.

À la dissolution de celle-ci, il entra comme cadet, le 23 mai 1793, dans le bataillon de grenadiers du régiment de Wurtemberg, au service de l'empereur, avec lequel il fait les campagnes de 1793 et 1794.

Il demanda alors à servir en France dans les armées royalistes, et notamment à l'armée de Charette.

Il rejoignit sans doute une de ces troupes, car on le trouve à Saint-Gildas, près de Quintin, entre floréal et fructidor an IV (1796).

Amnistié par le général Valletaux, qui commandait le département des Côtes du Nord à l'armée des Côtes de l'Océan, il put se rendre à Saint-Sébastien, où il est le 30 septembre 1796.

Revenu en France sous le Consulat, à la suite de l'amnistie générale accordée aux émigrés par Bonaparte, Joseph-Élie s'installa dans son domaine du Brillouard et épousa Agathe Françoise Tribard de Courson de la Villhélio, née le 2 juillet 1759 à Plourhan (22), veuve d'Auguste Jourand de Kerrès, avocat au parlement de son vivant.

Celle-ci avait des enfants de son premier mariage, qui furent donc en partie élevés par leur beau-père.

Le 26 mai 1810, eut lieu en l'oratoire du logis du Brillouard le mariage de sa belle-fille, Marie Jourrand de Kerrès de Perros, avec Augustin de Léséleuc, officier de marine.

Il n'eut pas de descendant et les Huon de Rosne s'éteignirent avec lui.
 

 

Sources :

Archives privées

LA JONQUIERE (de) Christian, Les marins français sous Louis XVI. Guerre d'Indépendance américaine, Muller édition, 1996, p. 137.

PINASSEAU Jean, L'émigration militaire. Émigrés de Saintonge, Angoumois et Aunis dans les corps de troupe de l'émigration française (1791-1814), Paris : Picard, 1974, p. 155.
 

 

Remerciements Pascal Roux

Remerciements à Gilles Jogerst / Généamar pour ses recherches et la mise à disposition de ses données

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/liste_sujet-1.htm

 

 

Retour Officiers et anciens élèves

 

     

 

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://www.gitesclossaintjouin.com    http://staffie.tribu.griola.free.fr

 

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010