-------

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Ingénieurs du Génie maritime -

 


Paul Adolphe Marie GILLE

(1884 - 1970)

 

1945

Remerciements Xavier Gille

 

Né le 11 mars 1884 à RENNES (Ille et Vilaine)  - Décédé le 8 mars 1970 à IVRY sur SEINE (Val de Marne)

Mariage : 11 mars 1918 à Paris XVIe avec Germaine Duréault, fille de Henri, préfet.

Père d'Eric, promotion 1939 EN


ECOLE POLYTECHNIQUE : 1903-1905

Admissible le 6 août 1903 au concours d'admission à Polytechnique (cf. bulletin), il est reçu 13ème le 26 septembre.

 

Remerciements Xavier Gille

 

Il sort 5ème. Les places aux Corps des Mines étant limitées à quatre, il choisit le Génie Maritime, fort prisée des élèves à cette époque.

 

ECOLE DU GENIE MARITIME : 1905-1907

Ingénieur de 3ème classe du Génie Maritime le 4 septembre 1905.

 

Remerciements Xavier Gille

 

Ingénieur de 2ème classe du Génie Maritime le 1er octobre 1907, à sa sortie de l'école.

 

CORPS DU GENIE MARITIME : 1907 1914

Il est affecté au Service des Constructions Navales de Brest, où il est basé entre 1907 et 1914, séjour interrompu par différents voyages et missions.

De 1907 à 1910, il est chargé de l'armement du cuirassé Edgar Quinet.

En 1908, il est détaché pour cinq mois à l'usine de Guérigny qu'il retrouvera des années plus tard.

Début 1910, il est détaché pour cinq mois à l'usine Whitehead à Fiume (aujourd'hui Rijeka, Croatie) pour suivre la fabrication et les essais des torpilles commandées par la Marine (dessins, notamment un de la mosquée de Mostar).

En 1911, en Grande-Bretagne pour une mission d'information sur la construction des « Dreadnoughts ».

Il revient à Brest pour diriger la construction du cuirassé Jean Bart jusqu'à son achèvement en 1914, puis celle du cuirassé Flandre, jusqu'à son lancement en octobre 1914.

Il est nommé professeur du cours de technologie et des conférences d'application à l'école du Commissariat de la Marine à Brest, le 13 juillet 1914, par le Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-arts.

Il est nommé également au Service Technique du Ministère de la Marine et comme professeur à l'Ecole du Génie Maritime (cours de construction navale) et à l'Ecole Supérieure de la Marine mais que ces nominations sont annulées à la suite de la déclaration de guerre.

 

GUERRE DE 1914-1918 :

Début 1915, Paul Gille prend le commandement d'une compagnie du Génie Maritime aux Armées, formée par les Arsenaux et la Marine pour la construction de ponts-routes militaires.

Nommé Ingénieur Principal du Génie Maritime, le 27 janvier 1916, il prend le commandement du groupe des cinq compagnies du Génie Maritime et le commandement supérieur des unités du Génie chargées des Ponts aux Armées.

Il est l'un des créateurs de deux types de ponts (Gille-Gisclard-Pigeaud), restés réglementaires dans l'armée jusqu'en 1940.

Ces compagnies construisent pendant la durée de la guerre 262 ponts de types divers.

Fin 1917, il est rappelé à Paris, d'abord comme Chef Adjoint du Cabinet du Sous-secrétaire d'Etat à la Marine puis comme Conseiller Technique au Sous-secrétariat d'Etat de l'Aviation Militaire, à l'époque tenu par Monsieur Dumesnil.

 

Remerciements Xavier Gille

 

En 11 août 1919, il passe, à sa demande, au cadre de réserve (nommé Ingénieur en Chef de 2ème classe du Génie Maritime le 27 novembre 1928 dans la réserve).

 

ENTRE DEUX GUERRES : 1919-1939

Il fonde un bureau d'études (Société de Travaux pour la France et l'Etranger) qui joue le rôle d'Ingénieur Conseil auprès des Administrations Françaises ou Etrangères dans le domaine des Travaux Publics et s'assure la collaboration d'ingénieurs provenant en particulier de l'Ecole des Travaux Public.

 

1922

Remerciements Xavier Gille

 

En 1925, il est nommé membre de la commission de réorganisation du Ministère de la Marine.

En 1929-30, la grande crise économique mondiale entraîne la chute des commandes d'études à laquelle s'ajoute la faillite d'un organisme financier suisse, la Centrale Financière, dans laquelle il avait placé la plus grosse partie de ses économies.

Il obtient encore quelques petites études et assure un moment la gestion d'une briqueterie dans le Pas-de-Calais.

En fait ses affaires ne reprennent jamais un cours normal et la période jusqu'au début de la seconde guerre reste très difficile.

Pour s'assurer des ressources plus stables, il avait repris contact avec la Marine et finalement obtenu, début 1939, un contrat pour prêter son concours, à temps partiel, à l'Inspection Générale des Constructions Navales.

 

GUERRE 1939-1945 :

Il est mobilisé en septembre 1939 comme Ingénieur en Chef de 2ème Classe et nommé Directeur Adjoint de l'Etablissement de Guérigny (Nièvre), où il supervise la construction et la mise en route de nouveaux ateliers pour la fabrication d'obus de 220 ainsi que la modernisation de l'ancien établissement.

Le démarrage des nouveaux ateliers est à peine réalisé que Guérigny est évacué en juin 1940.

Le Directeur étant parti se mettre à l'abri, il obtient des Allemands que l'atelier ne soit pas rasé mais converti à des travaux civils : ancres, chaînes et pièces de forges pour la Marine Marchande.

Il est démobilisé le 9 août. Entre 1940 et 1942, il obtient du Ministère des Travaux Publics l'étude de la reconstruction de ponts démolis au début de la guerre, 21 au total, ponts routes en général suspendus ou en arc.

Il crée à cet effet la Société de Constructions de la Vallée du Rhône, dont le siège est à Saint-Chamond.

De 1942 à 1947, il est pris comme Conseil par la Direction des Ports Maritimes pour l'étude du matériel de dragage à reconstruire.

 

L'APRES-GUERRE : 1945-1970

Conseiller de la Direction des Phares et Balises pour la reconstruction du matériel de balisage à la fin de la guerre.

Expert auprès du Ministère de la Reconstruction et du Logement pour l'évaluation des dommages de guerre attribués à certaines installations industrielles.

Professeur à l'Ecole Nationale Supérieure du Génie Maritime (cours de constructions immobilières, transformé en cours d'initiation aux Travaux Publics).

Il crée également à l'école des conférences d'Histoire de la Construction Navale.

De 1945 à 1970, son esprit cultivé et curieux de toutes les sciences et techniques l'amène à faire de nombreuses études sur l'Histoire de la Construction Navale et à participer à de nombreux colloques et conférences internationales.

Il fait une vingtaine de publications et joué un rôle très important dans la rédaction de l'Histoire Générale des Techniques et prépare une Histoire de la Construction Navale que l'affaiblissement progressif de ses forces ne lui permettra pas d'achever.

Son activité lui vaut, en 1969, quelques mois avant sa mort, la remise par l'Académie de Marine d'une médaille pour l'ensemble de son œuvre.

 

MEDAILLES :

Caballero de primera classe del Orden del Merito Naval, le 25 mai 1912.

Ordre Impérial de Sainte Anne de troisième classe, le 16 avril 1914.

Officier d’Académie, le 13 juillet 1914.

Chevalier de la Légion d'Honneur, le 29 décembre 1915.

Croix de Guerre 1914-18.

Croix de Guerre 1939-45.

Officier de la Légion d'Honneur, le 19 janvier 1933.

 

En savoir plus / Lien web
 

 

Remerciements Xavier Gille

Remerciements à Gilles Jogerst / Généamar pour ses recherches et la mise à disposition de ses données

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/liste_sujet-1.htm

 

 

Retour Mécaniciens

 

     

 

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://www.gitesclossaintjouin.com    http://staffie.tribu.griola.free.fr

 

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010