-------

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Officiers et anciens élèves -

 

 

Raymond Paul Marie FÉRAUD

(1887 - 19..)

 

Remerciements Gérard Thoraval

 

Né le 7 juillet 1887 - Décédé.


Entre dans la Marine en 1905

Aspirant le 5 octobre 1908; port ROCHEFORT.

Au 1er janvier 1909, sur l'aviso-transport "MANCHE", en mission hydrographique, Division navale de l'INDOCHINE (Cdt Richard PROVENSAL).

Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1910.

Au 1er janvier 1911, sur le croiseur cuirassé "GLOIRE", 2ème Escadre (Cdt Louis JOCHAUD du PLESSIX).

Au 1er janvier 1912, sur l'aviso-transport "VAUCLUSE", en mission hydrographique à MADAGASCAR (Cdt Marie De FAUQUE de JONQUIÈRES).

Au 1er janvier 1914, Officier en instruction à l'École des Officiers Torpilleurs de TOULON.

Officier breveté Torpilleur.

Lieutenant de vaisseau le 13 juin 1917.

Le 2 août 1918, il commande le sous-marin "FLORÉAL" abordé par le croiseur auxiliaire anglais "HAZEL" dans la secteur des Dardanelles. Il sera acquitté par le Conseil de Guerre.

 

Extrait Ouest-France / 5 février 1919

 

Chevalier de la Légion d'Honneur.

Au 1er janvier 1921, Professeur d'électricité pratique sur l'aviso "ÉPINAL", École navale et École des Élèves-Officiers.

Capitaine de corvette le 8 décembre 1925.

Capitaine de frégate le 5 octobre 1929.

Officier de la Légion d'Honneur.

Au 1er janvier 1932, port BREST.

 

Photo représentant le CF Féraud / Accueil du pilote le jour du passage de la ligne sur le trajet entre Monrovia et Penambouc. Cet évènement est daté du 26 avril 1934.

 

Remerciements Gérard Thoraval

 

 

Extrait Ouest-France / 16 mai 1937

 

Complément d'information

Premier commandant de l'aviso colonial" Rigault de Genouilly". Il a conduit ce navire en Chine après un voyage de 8 mois, via les canaux de Patagonie. Une mission ethnologique se rendant à l'île de Pâques avait pris passage à bord. Un petit film a été réalisé par Pathé-Nathan lors de l'appareillage de Lorient le 2 mars 1934. (reportage réalisé par Pathé-journal intitulé « sur le Rigault de Genouilly, tour du monde du PJ 73, référence du sujet PJ 1934 226 8 du 7 mars 1934 », durée 2 minutes 24 secondes, sonore en noir et blanc. Aujourd'hui, c'est Gaumont qui conserve ces reportages).

 

Extrait Ouest Eclair du 27 février 1934

 

On peut visionner en ligne, sur le site guezenoc.fr deux vidéos provenant du reportage réalisé à cette occasion :

- Départ de Lorient (mars 1934) : http://guezenoc.fr/blogs/media/fichiers/Rigault_depart_Lorient_1934.mkv

- Séjour à l'Ile de Pâques (juillet 1934) : http://guezenoc.fr/blogs/media/fichiers/rigault_ile_de_Paques.mkv

 

Spécialité d’aéronautique, rallie le 1er juillet 1933, en provenance du Ministère de l’air, désigné pour suivre les travaux d’achèvement du RdG, à Bordeaux. (n° 24 du jeudi 15 juin 1933).

A l’issue de ses permissions de fin de campagne, le CF FERAUD prendra le commandement de l’aéronautique maritime de la 2ème région à Brest (décret du 26 et 28 novembre 1935). De plus, il est inscrit au tableau d’avancement 1936 pour le grade de Capitaine de Vaisseau. (n° 49 du 5 décembre 1935)

Le moniteur de la flotte n°32 du jeudi 9 août 1934, à la rubrique « la vie maritime », reprend un article publié par Jean La Veyrie dans le quotidien « le matin ».

« L’aviso « Rigault de Genouilly » est arrivé le 29 juillet à l’Île de Pâques. En quittant Lorient, le 2 mars de cette année, le Capitaine de Frégate Féraud, officier supérieur aussi apprécié de ses chefs que sympathique à ses camarades, ne nous cachait pas sa satisfaction, disons même sa légitime fierté, d’avoir à conduire jusqu’en Indochine – et par des chemins fort détournés – le bel aviso neuf Rigault de Genouilly dont un décret du chef de l’Etat venait de lui confier le commandement. Gagner Saigon en visitant l’Afrique, l’Amérique et l’Océanie n’est certes pas usuel et recevoir l’ordre de pratiquer les canaux de Patagonie, merveille majeure de l’univers, puis s’arrêter dans les archipels les plus vantés du Pacifique, voilà bien la plus jolie chance de carrière ! Car rien n’égale, aux yeux d’un officier de marine, le privilège d’un commandement isolé et lointain qui, une fois le programme des navigations établi, lui permet de rester le maître de son destin. Seule alors la T.S.F., en cas de besoin, s’enhardit à lui communiquer les dernières pensées de la rue Royale.

Or, parmi les vingt ou trente escales ordonnées au Rigault de Genouilly, celle de l’Île de Pâques, prévue pour les environs du 1er août, retenait particulièrement l’attention du commandant. Ne devait-il pas déposer sur cette terre mystérieuse la mission embarquée à son bord, mission composée de spécialistes et dirigée par M. Watelin, l’ethnologue distingué du muséum ? N’aurait-il pas lui-même à rendre compte, en un rapport circonstancié, de son entrevue avec les fameux géants, taillés dans le roc et vieux de combien de siècles, dont l’inexplicable assemblée soulève tant de discussions ? Aucun navire de notre pavillon n’ayant, depuis près de quarante ans, mouillé devant l’Île de Pâques, c’était beaucoup d’honneur pour le Rigault de Genouilly et pour son commandant que de saluer, au nom de la République française, les colosses au long nez et au chapeau de pierre, en forme de tricorne, qui pèse dans les trois mille kilos.

A l’heure où ces lignes sont écrites, l’aviso marchant de ses douze nœuds, vient d’arriver à l’Île de Pâques. Mais, entre temps, une infortune imméritée est venue accabler la mission. Son chef, M. Watelin, a succombé, au sud de l’Amérique, terrassé par une broncho-pneumonie et c’est une perte cruelle pour la science. Désormais, privés d’une éminente direction, M. Métreaux, l’explorateur, et les cinéastes ou photographes qui l’accompagnaient, pourront-ils porter le poids et la responsabilité d’une grande enquête ? Car il s’agit, tout en utilisant les travaux antérieurs du docteur américain Mac Millian Brown et ceux d’un chercheur français de grand savoir et de grand mérite, M. Alphonse Pinart, de vérifier sur place certaines hypothèses déconcertantes et d’élucider, en particulier, si oui ou non, quelques unes des inscriptions encore visibles sur les statues gigantesques s’apparent à l’écriture anciennes des hindous.

Malgré le décès de M. Watelin, pleuré par tout le Rigault de Genouilly autant que par ses collègues du Muséum, la mission va donc, ces jours-ci, débarquer à l’Île de Pâques. Elle y restera le temps qu’il faudra. Ce qui nous promet, au minimum la documentation photographique dont nous manquions, les rares et vieux clichés existants n’étant pas sortis des collections particulières. Et puis, dans cinq ou six mois, un film de l’énigme et de la préhistoire. »

 

Remerciements Gérard Thoraval

Remerciements Jacques Omnès

Remerciements à Gilles Jogerst / Généamar pour ses recherches et la mise à disposition de ses données

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/liste_sujet-1.htm


 

 

 

Retour Officiers et anciens élèves

 

     

http://www.serpent-a-lunettes.com  -  http://www.nommo.fr

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales !

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://staffie.tribu.griola.free.fr  http://tcdorage.free.fr       

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010 - MERCI à TOUS !