-------

 

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Officiers et anciens élèves -

 



Charles Edouard de La JAILLE

(1836 - 1925)

 

 

Né le 7 janvier 1836 à NANTES (Loire-Atlantique) - Décédé le 19 août 1925 à PARIS VIIème (Seine).


Entre dans la Marine en 1852

Aspirant le 1er avril 1854.

Il embarque sur le "BRESLAW", pour une campagne dans la Baltique et participe au bombardement de BOMARSUD.

Il passe sur le "WAGRAM" en Mer Noire et se distingue à KINBURN en CRIMÉE.

En 1856, sur l' "AUDACIEUSE".

Enseigne de vaisseau le 2 décembre 1857, et prend part à l'occupation de CANTON en CHINE.

Chevalier de la Légion d'Honneur le 12 août 1860, il rentre en FRANCE sur la "MAYENNE" en octobre 1861.

Lieutenant de vaisseau le 24 décembre 1861.

En 1863, sur le "LOUIS-XIV", École des canonniers.

En avril 1864, il est à bord de la "JUNON" comme Chef d'État-Major de la Division des côtes orientales d'AFRIQUE, il fait campagne durant 3 ans dans l'Océan Indien.

Il commande le "SCORPION", division des mers de CHINE en 1868.

Il navigue sur le Yang-Tseu-Kiang; et vient au secours du "BÉNARÈS", paquebot anglais échoué à NING-PO.

Rentré en FRANCE en 1870, il combat à terre dans le 21ème corps de l'Armée de Loire, et participe aux combats de MONTFORT et du PONT-de-GENNES.

Capitaine de frégate le 3 février 1871, il est Aide de camp de l'amiral commandant la 2ème division de l'escadre d'évolutions; pavillon successif sur la "GAULOISE", puis la "SAVOIE".

Officier de la Légion d'Honneur 5 février 1875.

En mai 1875, il est Aide de camp du Ministre de la Marine l'amiral MONTAIGNAC.

En mars 1876, il commande le croiseur "HAMELIN" et intervient avec efficacité sur les côtes du DAHOMEY bloquées par les anglais.

Capitaine de vaisseau le 20 juin 1878.

Le 7 août 1879, nommé Commandant du croiseur à batterie "FLORE", porte pavillon de Contre-amiral Charles GALIBER, Commandant la Division d'instruction.

En mai 1882, il commande un nouveau type de bâtiment qu'il est chargé de mettre au point, le cuirassé "AMIRAL-DUPERRÉ".

En 1884, Membre du Conseil d'amirauté.

Sous-chef d'État-major général en mai 1885.

Contre-amiral le 3 juillet 1885, il est Chef d'État-major général de la Marine et Directeur de cabinet du Ministre jusqu'en janvier 1886.

 

 

Commandeur de la Légion d'Honneur le 5 juillet 1887.

Vice-amiral le 6 janvier 1891, il commande la Division navale d'EXTRÊME-ORIENT, et les forces navales d'INDOCHINE; pavillon sur le "TURENNE".

 

 

Il est Préfet maritime du 2ème arrondissement à BREST en janvier 1892

 

Extrait La Dépêche de Brest / 30 décembre 1891

 

 

En 1893, il commande l'Escadre de réserve

En octobre 1894, Commandant l'Escadre de Méditerranée.

Grand-Officier de la Légion d'Honneur le 18 décembre 1894.

Inspecteur général de la Marine en 1896

En octobre 1897, il est Préfet maritime du 5ème arrondissement à TOULON.

Membre du Conseil supérieur de la Marine, de la Commission d'études pour pour la défense du littoral.

Grand' Croix de la Légion d'Honneur le 9 octobre 1900

 

 

Il quitte le service actif en janvier 1901.

De 1902 à 1920, Président de la Société des œuvres de mer

 

Remerciements Photo / Oeuvres de mer

 

Élu Sénateur de Loire-inférieure en 1902,  il remplit ces fonctions jusqu'en 1920.

 

 

Il se présente le 9 juin 1901 à une élection sénatoriale complémentaire destinée à pourvoir le siège du baron de Lareinty, décédé. Charles de La Jaille est élu au premier tour par 733 voix sur 1.206 votants. Il sera réélu le 7 janvier 1906, toujours au premier tour, par 710 voix sur 998 votants.

Le nouveau sénateur s'inscrit au groupe de la droite. Sa première intervention en séance publique, le 21 janvier 1902, est destinée à appuyer l'interpellation de l'amiral de Cuverville sur le service intérieur des bâtiments de la flotte. Ce dernier protestait contre la suppression des prières catholiques obligatoires, décidée par le gouvernement au nom de la liberté de conscience.

La carrière parlementaire de l'amiral de La Jaille sera pratiquement consacrée à la défense de la marine militaire et civile, qu'il s'agisse des hommes ou des équipements. Il interviendra aussi pour défendre une certaine conception de la hiérarchie et de la discipline dans le service. Le 17 février 1902, il s'oppose à la loi sur l'organisation du corps de contrôle de l'administration de la marine, qu'il accuse de diminuer la responsabilité et les pouvoirs du préfet maritime.

La mauvaise organisation des services, les retards dans la reconstitution de la flotte, les insuffisances du recrutement font partie des préoccupations dominantes du sénateur de la Loire-Inférieure. En 1905, il demande l'adoption d'urgence d'une loi sur l'inscription maritime qui faciliterait les engagements à long terme. Les promesses qui lui sont faites par le ministre de la Marine ne sont pas tenues. Aussi, trois ans plus tard, l'amiral de La Jaille doit-il renouveler sa demande. La dégradation de la situation internationale d'une part, l'arrivée au ministère de la Marine de l'amiral Boué de Lapeyrère d'autre part, donnent à la construction navale un nouvel essor. L'amiral de La Jaille en exprime sa satisfaction lors des discussions budgétaires en 1910. Il votera naturellement en 1913 la loi sur le recrutement de l'armée et la prolongation du service militaire. Pendant le déroulement de la guerre 1914-1918, il défendra à maintes reprises, à la tribune du Sénat - et comme rapporteur - les différents projets de loi modifiant l'organisation de la marine pour en faire un outil de combat moderne et efficace. Sa dernière intervention, le 11 octobre 1919, sera pour approuver, avec le Sénat unanime le traité de paix. Mais il tiendra à manifester ses regrets et ses appréhensions devant des clauses qui n'assurent pas la sécurité de nos frontières, qui n'imposent ni le désarmement complet de l'Allemagne ni le remboursement intégral des dettes de guerre.

Homme de droite, fermement attaché à ses convictions, fervent catholique, l'amiral de La Jaille n'avait pas accepté, en 1905, la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, ni ses conséquences. Il vota également contre la loi sur l'exercice du culte en 1906. Cette même année, il refusa de s'associer à l'hommage rendu par le Sénat à Scheurer-Kestner et Trarieux, deux des principaux acteurs de la révision du procès Dreyfus.

Il avait été président du Comité des inscriptions de la marine et membre du Conseil supérieur de la marine.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Source web

 

Autres informations :

Le vice-amiral de la Jaille, après avoir exercé pendant près de vingt ans la présidence de la Société des Œuvres de Mer en remplacement du vice-amiral Lafont, fondateur de la Société, passe la suite au vice-amiral Chocheprat, qui devra quitter la présidence au bout de deux ans, pour raison de santé ; c'est le vice-amiral de Gueydon qui prendra sa suite.

L'amiral de la Jaille, successivement chef d'état-major de la Marine, commandant la division navale des mers de Chine, commandant l'escadre de la Méditerranée, préfet maritime à Brest et à Toulon, grand croix de la légion d'honneur, sénateur de la Loire-Inférieure de 1901 à 1920, a poussé les Œuvres de Mer sur la voie d'une prospérité toujours croissante, que la guerre seule a pu enrayer.

Dans les circonstances quelquefois critiques que la Société a vécues, il l'a toujours dirigée avec autorité, volonté, et un jugement remarquable ; il a su choisir à temps des navires hôpitaux de plus en plus performants, imposer la propulsion à vapeur, moderniser ses navires et, plus encore donner à la Société la situation morale et le crédit qui sont devenus les siens. Ce gentilhomme, dans toute l'acception du mot, disparaîtra dans sa 90e année, le 19 août 1925.

Remerciements Bernard Lugan

 

L'amiral de la Jaille : Mariage de sa fille Gabrielle (1906) - Invitation à entendre Yann Nibor, le poète des matelots (1897)

Document PDF / Lien web
 

 

Extrait Excelsior / 20 août 1925

 

Extrait Le Figaro / 21 août 1925

 

Extrait L'Echo de Paris / 22 août 1925

 

Extrait Le Phare de la Loire / 25 août 1925

 

Extrait Le Phare de la Loire / 26 août 1925

 

Dossier Légion d'Honneur / Lien web

 

Remerciements Stéphane Giran

Remerciements Hervé Bernard / Document PDF

Remerciements à Gilles Jogerst / Généamar pour ses recherches et la mise à disposition de ses données

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/liste_sujet-1.htm


 

 

Retour Officiers et anciens élèves

 

     

http://www.serpent-a-lunettes.com  -  http://www.nommo.fr

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales !

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://staffie.tribu.griola.free.fr  http://tcdorage.free.fr