-------

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Officiers et anciens élèves célèbres -

 

 

Louis René Charles Marie DARTIGE du FOURNET

(1856 - 1940)

 

 

 

Né le 2 mars 1856 à PUTANGES PONT ECREPIN (Orne) - Décédé le 17 février 1940 à PERIGUEUX (Dordogne)

Inhumé au cimetière de SAINT-CHAMASSY (Dordogne).

 

Entre dans la Marine en 1872 (port BREST)

Aspirant le 5 octobre 1875, il embarque sur le "RICHELIEU", Escadre d'évolutions en 1876.

En 1877, sur la frégate "ISIS", pour une campagne sur les côtes occidentales d'AFRIQUE.

Enseigne de vaisseau le 20 juin 1878, il passe sur le "BEAUMANOIR", Station d'ISLANDE.

Au 1er janvier 1879, en résidence à BREST.

En 1881, à bord de l'aviso de station "PARSEVAL", Division navale de la COCHINCHINE (Cdt Hippolyte PONTILLON).

Lieutenant de vaisseau le 27 janvier 1883.

Au 1er janvier 1885, sur le croiseur "VILLARS", Escadre d'Extrême-Orient (Cdt Sylvestre VIVIELLE).

Chevalier de la Légion d'Honneur le 28 décembre 1885.

Au 1er janvier 1886, Second sur l'aviso "BOUVET", Division navale de l'Atlantique Nord (Cdt Louis BOREL de BRÉTIZEL).

En 1889, en service à la Direction des défenses sous-marines du 5ème arrondissement maritime à TOULON.

En janvier 1891, Officier d'ordonnance du Ministre de la Marine.

En 1893, Commandant la canonnière "COMÈTE", Division navale d'Extrême-Orient.

Il se distingue lors du conflit avec le SIAM et est promu à titre exceptionnel Capitaine de frégate le 18 septembre 1893.

En 1894-95, Second sur le "BORDA", École navale à BREST.

En 1897, Second sur le "POTHUAU", Escadre du Nord.

Officier de la Légion d'Honneur le 31 août 1897.

Au 1er janvier 1899, Commandant le croiseur "SURCOUF", auprès du Vice-Amiral Jean SALLANDROUZE de LAMORNAIX, Commandant en chef l'Escadre du Nord.

Au 1er janvier 1901, Commandant le croiseur "D'ENTRECASTEAUX", en réserve spéciale à TOULON, puis à la Division navale d'Extrême-Orient, participant aux opérations sur les côtes de CHINE.

Capitaine de vaisseau le 18 avril 1901.

Au 1er janvier 1903, en résidence à CHERBOURG.

Au 1er janvier 1904, sur le croiseur cuirassé "MONTCALM", Chef d'État-Major auprès du Vice-Amiral Carles BAYLE, Commandant en chef l'Escadre d'Extrême-Orient.

Au 1er janvier 1906, port TOULON.

Le 1er juin 1908, Sous-chef d'État-Major du 5ème arrondissement maritime à TOULON.

Contre-amiral le 9 septembre 1909.

Le 16 avril 1910, Major général du 4ème arrondissement maritime à ROCHEFORT.

En avril 1911, Commandant une division de la 1ère Escadre, pavillon sur le "JULES-FERRY", puis sur le "LÉON-GAMBETTA".

Il effectue une campagne en Méditerranée orientale pendant la guerre des Balkans.

Commandeur de la Légion d'Honneur le 10 juillet 1913.

Vice-amiral le 28 novembre 1913.

Préfet maritime d'ALGÉRIE et de TUNISIE jusqu'en août 1914.

En 1915, Commandant la 3ème Escadre, pavillon sur le "SAINT-LOUIS".

En septembre 1915, Commandant l'Escadre des Dardanelles, pavillon sur le "FRANCE".

 

Cliquez sur l'image pour agrandir

Extrait Ouest-France / 6 septembre 2015

Remerciements Guy Fralo

 

Le sauvetage des Arméniens du Djebel-Moussa Extrait de marins à la bataille de Paul Chack, volume3, Méditerranée

 

En octobre, Commandant en chef l'Armée navale.

Il dirige l'évacuation de l'Armée serbe.

Grand Officier de la Légion d'Honneur le 8 janvier 1916

Croix de Guerre 14-18 avec palme

Citation à l'ordre de l'Armée navale :"Commandant en chef l'armée navale. A fait preuve des plus belles qualités militaires, tant dans l'exercice de son commandement actuel que dans ceux de l'arrondissement Algéro-tunisien et l'escadre de Syrie.".

Le 1er décembre 1916, trop confiant en la parole du Roi CONSTANTIN de Grèce, il dirige le débarquement des Fusiliers Marins à ATHÈNES, lesquels tombent dans un véritable guet-apens.

Un vif conflit l'oppose alors à l'amiral LACAZE, Ministre de la Marine qui l'accuse de faiblesse et d'imprudence, il est démis de ses fonctions le 11 décembre et versé dans le cadre de réserve en février 1917.

 

Extrait Le petit journal / 19 novembre 1916

Remerciements Pascal Boisson

 

 

Dossier Légion d'honneur / Lien web

 

Autres informations :

Louis René Charles Marie Dartige du Fournet, né à Putanges dans l'Orne le 2 mars 1856 et mort à Périgueux en Dordogne le 16 février 1940, est un vice-amiral français.

Il est né Louis Dartige, mais son père, Louis Auguste Dartige (receveur de l'enregistrement et des Domaines), est autorisé par décret présidentiel, en 1877, à ajouter du Fournet au nom de famille, relevant le nom porté par l'une de ses aïeules maternelles et rappelant le château du Fournet à Saint-Judoce, en Ille-et-Vilaine, où vivait son père (le château abrite toujours un portrait du vice-amiral Dartige du Fournet) ; sa mère était Sidonie Olympe Mourin d'Arfeuille. Il se maria avec Marie Vauquelin de la Rivière puis avec Edmée de la Borie de la Batut.

Frère de Charles Auguste Pierre Louis

Il entre en 1872 à l'École navale, dont il sort major. Lors de la campagne de Siam, en 1893, commandant la frégate La Comète, il force la passe de Ménam (fort Paknam) pour dégager le port de Bangkok.

 

 

 

 

La France hérite ainsi de la rive gauche du Mékong (le Laos). Il devient second sur le croiseur-cuirassé Pothuau, puis il commande le croiseur Surcouf de l'escadre du Nord.

En 1909, il est nommé contre-amiral. Il participe à la guerre des Balkans (1912-1913) à la tête de la flotte française et il est nommé vice-amiral.

 

 

 

Extrait Ouest-France / 1913

 

 

Lors de la Première Guerre mondiale, en février 1915, il est nommé à la tête de la troisième escadre française qui vient d'être créée. Basée en Syrie, cette escadre est chargée de faire appliquer le blocus des côtes turques décrété en août 1915. Le 5 septembre 1915, les Arméniens retranchés sur le Musa Dagh (Musa Dagh ou "Mont-Moïse") réussissent à attirer l’attention d’un bateau français, le croiseur Guichen, au nord de la baie d’Antioche, avec un drap blanc marqué d’une croix rouge. L’amiral Dartige du Fournet sollicite des instructions auprès de l’état-major. Sans réponse précise, c’est finalement sous sa responsabilité que, les 12 et 13 septembre, 4 080 Arméniens sont embarqués sur la Foudre, le D’Estrées, le Guichen, l’Amiral Charner et le Desaix. Les marins français de la 3e escadre donnent le meilleur d’eux mêmes pour réussir cette évacuation, sur Port Saïd, en Égypte, où les rescapés sont accueillis, gardant toutefois le nom de Mussalertsi (enfants du mont Mussa). Dartige du Fournet prend par la suite le commandement en chef des flottes alliées d'Orient qui vont agir dans le Bosphore.

 

Extrait Ouest-France / 13 octobre 1916

 

Extrait Ouest-France / 1er décembre 1916

 

Extrait Ouest-France / 12 décembre 1916



Il est démis de ses fonctions par le ministre de la Marine, Lucien Lacaze, suite aux Vêpres grecques et cherche à réintégrer l'armée de terre durant les derniers mois de la Première Guerre mondiale, avant d'être réhabilité.

 

Extrait Ouest-France / 31 mai 1920

 

 Il se marie et se retire à Périgueux dans sa villa Paknam. Tombe à Saint-Chamassy (Dordogne) (Delluc, Bull. Soc. hist. et arch. Périgord, 2007).


Source web

 

Dinan, avril 1917, photo dédicacée pour le CV Daveluy

 

 

Autres informations :

En 1899, Louis Auguste Dartige, mort au château du Fournet est autorisé, par un décret présidentiel du mois d'août 1877, à relever le nom de Du Fournet porté par l'une de ses aïeules du côté maternel.

Son fils, Louis Charles Marie Dartige du Fournet, né à Putanges (Orne) en mars 1856, entre en 1872 à l'École navale, dont il sort major de sa promotion.

Il s'illustre tout d'abord durant la campagne du Siam : au mois de juillet 1893, il force la passe de Ménam avec sa frégate La Comète, pour dégager Bangkok, exploit qui lui vaut d'être nommé capitaine de vaisseau. Il est promu contre-amiral en 1909

 

                                                                                 

                                                                                   

Extrait Ouest-France / 27 septembre 1909

 

Puis vice-amiral après la guerre des Balkans (1912-1913).

Durant la Première Guerre mondiale, Louis Dartige du Fournet prend le commandement de la troisième escadre en Syrie, au mois de février 1915. On lui confie ensuite le commandement en chef de la flotte internationale du Bosphore.

 

Extrait Ouest-France / 9 janvier 1916

 

 

1916, avec son Etat-major

Source Gallica / BNF

 


Il se marie en premières noces avec Marie Vauquelin de La Rivière, au château de La Fosse-aux-Loups, à Trévérien (Ille-et-Vilaine), puis avec Edmée de La Borie de La Batut.

Il se fixe à Perpignan (Pyrénées-Orientales), pays de son épouse, où il meurt en 1940.

 

Extrait Ouest-France / 18 février 1940

 

 

 


Extrait Ouest-France / 20 février 1940

 

Remerciements André Coutard

 

 

 

 

Remerciements Benoît Chomel de Jarnieu

 

 

 

 

 

 

 

 

Complément

Extrait Cols Bleus / 11 août 1956

 

 

Tombe / Cimetière de Saint Chamassy

 

 

Complément / Dossier complet PDF

 

 

Remerciements Bernard Dulou

Remerciements à Gilles Jogerst / Généamar pour ses recherches et la mise à disposition de ses données

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/liste_sujet-1.htm

 

 

Retour Officiers et anciens élèves

 

     

http://www.serpent-a-lunettes.com  -  http://www.nommo.fr

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales !

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://staffie.tribu.griola.free.fr  http://tcdorage.free.fr       

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010 - MERCI à TOUS !