-------

 

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Officiers et anciens élèves -

 

 

Jean Louis François Xavier DARLAN

(1881 - 1942)

 

   

 

Né à Nérac le 7 août 1881 (Lot-et-Garonne)

Fils de ministre, Jean-Louis Darlan entre à l’Ecole navale en 1899 et en sort en 1901.

Aspirant de 2e classe le 1er août 1901.

Aspirant de 1re classe le 5 octobre 1902.

Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1904.

Lieutenant de vaisseau au 1er janvier 1912.

 

Durant la première guerre mondiale il commande une batterie terrestre de canonniers marins.
 

2 octobre 1914: arrivée à Toul du LV Darlan et du premier détachement de canonniers-marins destinés à armer 12 canons de Marine de 16cm envoyés pour assurer la défense de la place

Octobre 1914: construction de batteries casematées à Lucey, Jaillon, Villey-Saint-Etienne, Romont

Novembre 1914: LV Darlan assure le commandement de la pièce du Bois de Vignot qui tire sur les routes d'accès à Saint-Mihiel

Juin 1915: occupe la position du Bois de la Lampe devant Nancy

Juillet 1915: dirige la construction et l'armement de la pièce de 16cm des Bois Communaux de Fulleren (objectif gare de Waldighofen), pièce transférée ensuite au Bois de Carspach (défense de Belfort contre les pièces à longue portée allemandes)

Au début 1916, commande la 8° Batterie de canonniers-marins qui a un canon de 14cm et deux canons de 16cm entre Reims et Soissons

En mai 1916, engagé à Verdun (pièce des Bois Bourrus)

Au printemps 1917, commande un groupe constitué des 2° et 6° batteries mobiles de 16cm , d'une pièce fixe de 14cm et d'une pièce fixe de 16cm dans les secteurs des 5° et 10° Armées

De juillet à octobre 1917: coordonne l'action des 3°, 4°, 5° et 8° batteries mobiles de 16cm et de huit canonnières fluviales armées de canons de 10 et 14cm lors de l'offensive des Flandres de la I° Armée française agissant à la gauche des Armées britanniques

Fin 1917: envoyé dans le secteur de Saint-Quentin avec 1°, 9° et 10° batteries mobiles de 16cm

 

Téléchargement PDF

 

Téléchargement PDF

 

Téléchargement PDF

 

Téléchargement PDF

 

 

Début 1918: commande le 4° Groupe en réserve à Villenauxe en attente de l'offensive allemande

24 mars 1918: le 4° Groupe avec les 3°,10° et 12° batteries mobiles de 16cm est engagé vers Noyon puis Carlepont: nombreux tirs jusqu'en juin 1918

9 juin 1918: le 4° Groupe est engagé dans la bataille du Matz, repli dans des conditions très difficiles

De septembre 1918 à la fin de la guerre: le Capitaine de Corvette Darlan commande le 4° Groupe composé des 6°, 10°, 12°, 17° et 18° batteries mobiles de 16cm qui sont engagées au profit de la II° Armée française et de la I° Armée américaine en Woëvre et Meuse lors des offensives de Saint-Mihiel et de Meuse-Argonne.

Le Lieutenant de Vaisseau puis Capitaine de Corvette Darlan a été cité à quatre reprises durant la guerre, 2 fois en 1915 et 2 fois en 1918

Capitaine de corvette le 11 juillet 1918

 

Extrait Ouest-France / 15 juillet 1918

 

Capitaine de frégate le 1er aout 1920

Capitaine de vaisseau le 17 janvier 1926.

 

Extrait Ouest-France / 4 mai 1926

 

De 1926 à 1934 il est chef de cabinet de Georges Leygues, ministre de la Marine,

Contre-amiral le 18 novembre 1929

 

Extrait Ouest-France / 19 novembre 1929

 

Vice-amiral le 4 décembre 1932

 

Extrait Ouest-France / 20 décembre 1932

 

 

4 octobre 1933 / Accueil du ministre de la Mer / Brest

 

 

Extrait La Dépêche de Brest - 4 octobre 1933

 

Il commande l’escadre de l’Atlantique en 1934

 

Brest / 5 octobre 1935

Extrait La Dépêche de Brest - 6 octobre 1935



Au lendemain de l’avènement du Front populaire, ses attaches avec le milieu du centre-gauche par son père et par ses passages dans les cabinets de Georges Leygues et Albert Sarraut. le désignent comme candidat aux fonctions de Chef d’état major général et devient le 1er janvier 1937 chef d’Etat-major général de la Marine. Prenant le commandement des forces maritimes françaises il pousse l’entraînement de la Flotte au maximum.

 

Brest / 4 octobre 1937, sur la "JEANNE d'ARC"

Extrait la Dépêche de Brest / 5 octobre 1937

 

Mars 1938

 

1938

 

 

Visite au Maroc de l'amiral Darlan. Casablanca

 

28 janvier 1939, sur le quai (en arrière plan, l'Emile Bertin)

Droits / Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes

 

29 janvier 1939 au monument aux morts

Droits / Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes

 

Droits / Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes

31 janvier 1939

Droits / Archives du ministère des Affaires étrangères et européennes

 

 

Extrait Ouest-France / 27 juin 1939



Le 24 juin 1939 il est fait Amiral de la Flotte, un titre créé pour lui et en septembre 1939 commandant en chef des forces maritimes françaises

 

Extrait Ouest-France / 30 juin 1939

 

 

Extrait Ouest-France / 4 septembre 1939

 



Sa stratégie se fonde sur l’engagement. Dans les conférences internationales de "l'entre-deux -guerres", Darlan défend vigoureusement le droit pour la France de disposer d'une flotte puissante face aux prétentions des Britanniques qui auraient voulu que la flotte française soit réduite au niveau de la flotte allemande ou à celui de la flotte italienne.

L’amiral Darlan fait créer de nouvelles unités navales, tout se en tissant une sorte de réseau occulte, les ADD (Amis de Darlan). Il choisit, fait nommer les nouveaux amiraux, contrôle les avancements. La plupart des amiraux et capitaines de vaisseaux dans ce cercle lui vouent une grande admiration.

En 1939, grâce à Darlan, la France possède l'une des plus puissantes marines de son Histoire, même si elle manque de moyens aéronavals, la flotte française est la 4e du monde (derrière celles de la Grande-Bretagne, des États-Unis et du Japon).

 

L'Amiral Darlan, Daladier et le Général Gamelin début 1940



En juin 1940, ses ordres empêchent que des bâtiments ne tombent aux mains de l’ennemi lors de la débâcle. Alors que dans les semaines précédentes il prévoyait de faire rejoindre l’Angleterre à la Flotte française, le maréchal Pétain après l’armistice lui propose le poste de ministre de la Marine dans son gouvernement.

 

Juin 1940

 

 

Devenant Ministre de la Marine le 16 juin 1940 il commande l’unique formation militaire qui soit resté intacte, la Marine.

 

 

Extrait Ouest-France / 18 juin 1940

 

4 décembre 1940 - Toulon

 

 

 

Avec Pétain / Date ?

Source web et extrait livre

 

 

Extrait Ouest-France / 28 décembre 1940



Le 10 février 1941, il succède à Pierre-Étienne Flandin comme chef du gouvernement.

Il devient même le successeur désigné du Maréchal par l’acte constitutionnel 4 ter du 21 févier 1941.

Vice-président du Conseil, ministre des Affaires étrangères et de l’Intérieur le 9 février 1941, il tente de préserver les intérêts français par une politique ambiguë envers les Allemand.

L’amiral Darlan, en échange d’une collaboration économique et militaire avec l'Allemagne, espère obtenir une refonte de l’armistice.

Pour lui, la guerre devrait à la longue être épuisante pour le Royaume-Uni, et celui-ci devrait finalement abandonner l'Europe continentale aux Allemands.

La France serait, selon lui, appelée à vivre longtemps encore sous la domination allemande.

La collaboration avec l'Allemagne est, lui semble t-il, la moins mauvaise solution.

 

Rencontre avec Hitler / 11 mai 1941

Extrait Historique des Forces Navales Libres / Tome 1

 

Il dirige le gouvernement jusqu’en avril 1942, jour où il doit démissionner sous la pression des Allemands qui souhaitent voir Pierre Laval prendre sa place.

Il devient alors Commandant en chef des forces françaises. (Armées de Terre, de l'Air et de Mer).

 

Vichy / Date ? / Monument aux morts

 

Date ?

 

Date ?

 

Alger

 

Date ? Aérodrome de Rabat au Maroc

 

En tournée d'inspection en AFRIQUE FRANCAISE, l'Amiral DARLAN commandant en chef des forces militaires arrive à Oran où il dépose une gerbe au cimetière militaire de MERS-EL-KEBIR et se recueille à l'emplacement où sombra "Le Bretagne".



Présent à Alger au chevet de son fils malade lors du débarquement allié du 8 novembre 1942, il négocie l’arrêt des combats et signe avec le général américain Clark les accords franco-américains qui font entrer en guerre les territoires français d’Afrique. Prend le titre de Haut-commissaire en Afrique française le 12 novembre 1942.

Reste dès lors le problème de la flotte de Toulon. Les Alliés espèrent son ralliement, les Alliés pressent l’amiral Darlan de lui ordonner d’appareiller, il sait qu’il a peu de chance d'obtenir le ralliement de l'amiral de Laborde, avec lequel il a un conflit personnel. Le 11 novembre il adresse un message à l’amiral de Laborde. Invoquant la rupture de l’armistice et l’absence de liberté du maréchal, il invite le commandant en chef à diriger la Flotte de haute mer vers l’Afrique française. Le lendemain, Darlan renouvelle son appel dans les mêmes termes. Il se voit opposer une fin de non recevoir.

Obéissant aux consignes de sabordage de 1940 (ordonnée par Darlan lui même) prévoyant le cas où une puissance étrangère essayerai de s'emparer des bâtiments français, l’amiral de Laborde ordonne le sabordage de la Flotte au matin du 27 novembre 1942 alors les Allemands envahissent le port de Toulon.

Le changement de camp de Darlan en novembre 1942 n'en a pas moins facilité la rentrée en guerre des forces françaises d'Afrique du Nord aux côtés des Alliés. Ainsi Roosevelt, mal informé et préoccupé par les ambitions dictatoriales supposées de De Gaulle, préfère prolonger la continuité de l’Etat français. Cependant, la position de l’amiral Darlan est précaire, du fait d'un manque de véritable reconnaissance internationale. Les gouvernements anglo-saxons doivent tenir compte de la réaction de leurs opinions publiques, de son passé au gouvernement de Vichy, ces éléments rendent impossible toute union de l'armée d'Afrique avec les Forces françaises libres.

En France, pour son changement de camp l’amiral Darlan est déchu de la nationalité française par le gouvernement de Vichy, décret du 27 novembre 1942 – JO de l’Etat français du 28 novembre 1942.

 

Avec l'amiral Darlan et l'amiral Leclerc, en décembre 1942

Remerciements Photo / Yves Moreau

 

 

Général Eisenhower, Amiral Darlan et Général Giraud à Alger

 

De plus en plus contesté, le 24 décembre 1942 à Alger, l’amiral Darlan est abattu en sortant de son bureau par un jeune étudiant, Fernand Bonnier de La Chapelle. Arrêté, celui-ci est jugé de manière expéditive par les subordonnés de Giraud, condamné à mort et exécuté. L’enquête est suspendue en 1943 pour « intérêts supérieurs ».

 

29 avril 1964 : Le corps de l'Amiral Darlan qui avait souhaité être inhumé dans ce cimetière militaire marin y fut transporté et enterré avec les honneurs militaires rendus sur décision de Charles De Gaulle, président de la République.

Cependant le règlement militaire stipulant que seul un commandant mort au milieu de ses hommes peut être enterré dans le même carré qu'eux, l'Amiral Darlan n'ayant pas trouvé la mort à Mers-El-Kebir, sa sépulture fut placée à gauche de la stèle, en dehors du carré des 1297 marins tués lors des attaques des 3 et 6 juillet 1940.

 

En novembre 2005, il a été constaté que sa tombe, ainsi que de nombreuses tombes de marins français et l'ossuaire du cimetière militaire, avaient été profanés.

 

Commandements :

- Flottille de surveillance sur le Rhin : 1919
- Aviso "Chamois" et école de pilotage : 1922
- Aviso "Ancre" : 1924
- Chef d'Etat-major de la 3e division de ligne : 1925
- "Jeanne d'Arc et Ecole d'application des enseignes de vaisseau : 1927
- "Edgard Quinet" et Ecole d'application des enseignes de vaisseau et "Jeanne d'Arc" annexe de l'école : 1928
- Commandant la Marine en Algérie : 20 mars 1930
- Commandant la 1re Division légère : 8 juin 1931
- Directeur du Cabinet Militaire du Ministre de la Marine : 26 juin 1932
- Chef d'Etat-major Général de la Marine : 25 septembre 1936
- Secrétaire d'Etat à la Marine avec prérogatives de Ministre : 6 septembre 1940
- Ministre secrétaire d'Etat aux affaires étrangères : 9 février 1941
- Vice Président du Conseil : 10 février 1941
- Ministre secrétaire d'Etat à l'Intérieur : 16 février 1941
- Commandant en chef des forces militaires de terre, de mer et de l'air : 16 avril 1941

 

Mai 1941


- Sera maintenu en situation d'activité sans limite d'âge dans la 1re section du cadre des officiers généraux de Marine avec rang, titre et prérogatives d'amiral de la flotte (décret du 12 avril 1942)
 


Décorations

Chevalier de la Légion d'honneur : 18 mai 1915
Officier de la Légion d'honneur : 16 juin 1920
Commandeur de la Légion d'honneur : 31 décembre 1930
Grand Officier de la Légion d'honneur : 31 décembre 1935
Grand Croix de la Légion d'honneur : 21 décembre 1937
Médaille militaire : 9 avril 1940
 

 

 

Sources

SHM. Des archives personnelles, 3 cartons, déposés. Cote : 142 GG². Période 1940 – 1942. Des archives familiales sont microfilmées cote : 5 Mi 112. Elles recouvrent la période 1875 à 1995. Sources complémentaires ancien MS 576 et CC7 4e moderne 973 / 5.
3 S 1187 : Articles consacrés à l’amiral Darlan et textes de ses messages aux Français, Agen, L’Elite, 1941

Quelques ouvrages consacrés à l’amiral Darlan

Hervé Coutau-Bégarie et Claude Huan, Darlan, Fayard, Paris, 1989. Cette première biographie publiée fait référence.
Alain Darlan, son fils, L’amiral Darlan parle, éditions Amiot-Dumont.
François Darlan, Lettres et notes de l'amiral Darlan. Éditeur : Economica 1992
Arnaud de Chantérac, L'assassinat de Darlan, éd. Perrin, Paris, 1995
Hubert Delpont, Darlan, L'ambition perdue, éditions des AVN, Nérac, 1998, 318 p.
Henri Michel, Darlan, Hachette, Paris, 1993
Sophie Miegeville, La mémoire de l’amiral Darlan au sein du corps des officiers de la marine nationale aujourd’hui. Mémoire d’étude Sciencespo Toulouse 2004, 118 pages
Etc.…

Certains ouvrages récents reprennent la carrière politique de l’amiral Darlan, souvent de façon polémique, sans le recul nécessaire à l’historien.

Remerciements André Coutard

 

 

 

 4ème de Couverture du Journal " Le Journal " sur la Guerre 39/45 " Amiral Darlan "

Signée Pierre Falké . Numéro du 10 Mars 1940 " Honneur et Patrie " " Valeur et Discipline "

 

 

Complément début de carrière

Né le 7 août 1881 à NÉRAC (Lot-et-Garonne) - Assassiné le 24 décembre 1942 à ALGER, ALGÉRIE.


Entre dans la Marine en 1899

Aspirant le 5 octobre 1902; port TOULON.

Au 1er janvier 1903, sur le croiseur "BUGEAUD", Escadre d'Extrême-Orient (Cdt Paul COUSTOLLE).

Au 1er janvier 1904, sur le croiseur "BUGEAUD", Escadre d'Extrême-Orient (Cdt Paul COUSTOLLE).

Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1904.

Officier breveté Canonnier.

Au 1er janvier 1906, stagiaire sur la "COURONNE", École de canonnage.

Au 1er janvier 1908, sur le croiseur "D'ENTRECASTEAUX", Division navale d'Extrême-Orient (Cdt Paul THIBAULT).

Au 1er janvier 1909, sur l'aviso "CHAMOIS", École des pilotes (Cdt Marcel GRANDCLÉMENT).

Au 1er janvier 1911, port TOULON.

Lieutenant de vaisseau le 1er janvier 1912, sur le croiseur cuirassé "VICTOR-HUGO", 1er groupe de disponibilité de la 2ème Escadre (Cdt Jean CLARKE).

Au 1er janvier 1914, sur le croiseur cuirassé "JEANNE-D'ARC", École d'application des Aspirants (Cdt Maurice GRASSET).

En septembre 1914, affecté à la Brigade des Fusiliers Marins, plus particulièrement aux batteries d'artillerie, il est cité à l'ordre de l'Armée navale en mai 1915 : "Inscrit au tableau de concours du 1er janvier 1914, s'est acquis depuis lors de nouveaux titres pour les fatigues et les périls qu'il a très vaillamment affrontés et pour l'énergie intelligente qu'il a déployé pour vaincre de très grandes difficultés d'installation de matériel.".

Chevalier de la Légion d'Honneur.

Il sert successivement en ALSACE, à SALONIQUE, à VERDUN, en CHAMPAGNE, en ARGONNE.

Croix de guerre.

Capitaine de corvette le 11 juillet 1918. , il commande la flottille du Rhin.

Capitaine de frégate le 1er août 1920.

Officier de la Légion d'Honneur.

Au 1er janvier 1921, sur le croiseur cuirassé "MONTCALM", Chef d'État-Major auprès du Contre-amiral Félix THOMINE, Commandant la Division navale d'Extrême-Orient.
 

 

 

 

 

 

.../...

 

 

 

 

 

Complément PDF / Lien web

 

 

 

Remerciements Bernard Dulou

Remerciements à Gilles Jogerst / Généamar pour ses recherches et la mise à disposition de ses données

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Forum-Pages-d-Histoire-aviation-marine/marine-1914-1918/liste_sujet-1.htm

 


 

Retour Officiers et anciens élèves

 

     

 

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://www.gitesclossaintjouin.com    http://staffie.tribu.griola.free.fr

 

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010