-------

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Officiers et anciens élèves célèbres -

 

 

Philippe AUBOYNEAU

(1899 - 1961)

 

 

Né le 9 novembre 1899 à Constantinople, où son père était directeur de la Banque ottomane

 

Entre à l'École navale en 1917, alors qu'il n'a que 17 ans.

De mars à novembre 1918, il participe, comme enseigne de vaisseau, aux patrouilles en Manche à bord du torpilleur Typhon.

Pendant dix ans, il sert au Moyen et Extrême-Orient, où il commande l'Alidade, un bâtiment hydrographe, puis la canonnière Doudart de Lagrée sur le Yang-Tse Kiang.

 

Embarqué sur le "EDGAR QUINET", pour la campagne 1928-1929 de l’école d’application des Aspirants.

 

Remerciements Philippe Fournié



Après un séjour en France au ministère de la Marine, Philippe Auboyneau entre à l'École de guerre navale.

Il en sort sous-chef d'État-major de la Flottille des torpilleurs de l'Atlantique.

Capitaine de corvette, il est ensuite nommé sous-chef d'État-major des Forces navales d'Extrême-Orient à Saigon où il se trouve au moment de la déclaration de guerre en 1939.

Il est alors chargé de plusieurs missions de liaison auprès de l’Amirauté britannique.

Lors de l'armistice, capitaine de frégate, il est officier de liaison sur le cuirassé britannique Warspite et joue un rôle important dans les négociations délicates entre l'amiral Cunningham et l'amiral Godfroy.

Il est le principal artisan du Gentlemen Agreement signé entre les deux amiraux qui règlent la situation de l'escadre française d'Alexandrie. Cependant, refusant la défaite, Auboyneau rallie Londres et les Forces françaises libres le 20 juillet 1940.

Dans le Pacifique, il commande le Triomphant, un croiseur léger qu'il a réarmé. Après plusieurs missions en Atlantique, il est promu capitaine de vaisseau et est nommé au commandement des Forces navales françaises libres dans le Pacifique, toujours à bord du Triomphant.

 

Extrait Lien web

 

Mars 1942



Au moment de l'entrée en guerre du Japon, alors qu'il se trouve en Australie, il prend part à plusieurs opérations dans le Pacifique sud auprès de la flotte australienne. Il effectue notamment un raid à proximité immédiate des bases occupées par la marine japonaise, afin d'évacuer les garnisons des îles Nauru et Ocean Island.

Rentré à Londres en avril 1942, le contre-amiral Auboyneau est nommé au commandement des Forces navales françaises libres. Également Commissaire national à la Marine, il inspecte alors les unités navales françaises en Afrique équatoriale, au Levant, à Djibouti et à Madagascar.

 

 

 

Extrait Cols Bleus / 2 juin 1984

Remerciements Dominique Duriez

 

Source Musée Fusiliers Marins

 

Message de l'amiral Auboyneau suite à sa visite aux commandos / Signé le 10 août 1942

"Aux gars du commando marine, bonne chasse" / Archive Musée Fusiliers Marins

 

 

 

 

 

 

 

     

24 décembre 1942

 

Source web

 

Sur le Triomphant /  FNFL / 1940

Extrait vidéo / Lien web

 

Extrait Historique des Forces Navales Libres / Tome 1

 

Avec le commandant Querville / Date ?

Extrait Historique des Forces Navales Libres / Tome 1

 

Sur l'Aconit / 21 avril 1943

 

 

Date ?



À l'issue des combats en Afrique du Nord, il est nommé chef d'état-major général adjoint de la Marine puis major-général au moment de l'arrivée du gouvernement d'Alger. Il est alors l'un des principaux artisans de la fusion entre les FNFL et la Marine d'Afrique du Nord.

Il quitte ensuite ces fonctions pour prendre le commandement de la 3e division de croiseurs, à la tête de laquelle il participe au débarquement de Provence en août 1944.

En 1945, devenu vice-amiral, il commande les Forces navales d'Extrême-Orient. À ce titre, il transporte et soutient les troupes du général Leclerc dans le Sud-Annam et dirige l'opération de débarquement au Tonkin.

Membre du Conseil supérieur de la Défense nationale et membre du Conseil supérieur de la Marine, Philippe Auboyneau est nommé ensuite Inspecteur général des Forces maritimes et aéronavales. Par la suite il retourne en Indochine pour commander à nouveau les Forces maritimes d'Extrême-Orient.

 

Extrait Cols Bleus / 15 mars 1946

 

Extrait Cols Bleus / 1er août 1952

 

Extrait cols Bleus / 22 novembre 1952

 

Extrait 6 juin 1953 / Cols Bleus

Remerciements Thierry Le Breton

 

Remerciements Thierry Le Breton



En 1955, il est nommé commandant en chef des Forces maritimes françaises en Méditerranée.

 

Extrait cols Bleus / 26 janvier 1957

 

Extrait Cols Bleus / 7 juin 1958

 

Extrait Cols Bleus / 14 juin 1958

 

 

Ce sera son dernier poste dans l'armée.

 

Extrait Cols Bleus / 20 août 1955

 

 

Extrait cols Bleus / 26 novembre 1960



Il intègre alors le Conseil d'Etat comme conseiller d'Etat en service extraordinaire.

Membre du Conseil de l'Ordre de la Légion d'honneur, l'amiral Philippe Auboyneau est décédé à Paris, le 22 février 1961.

Ses obsèques se sont déroulées en l'Église Saint-Louis-des-Invalides, présidées par le président de la République, le général de Gaulle. Il a été inhumé à Marly-le-Roi dans les Yvelines.
 


Distinctions et décorations

Grand-croix de la Légion d'honneur
Compagnon de la Libération - décret du 26 septembre 1945
Croix de guerre 1939-1945 (2 citations)
Médaille de la Résistance avec rosette
Médaille commémorative de la Grande Guerre
Médaille commémorative de Syrie-Silicie
Legion of Merit (USA)
Commandeur de l'Ordre du Bain (GB)
Chevalier de l'Ordre de la Couronne de Roumanie
Croix de Guerre roumaine
Grand officier de l'Ordre du Nichan Iftikhar
Officier de l'Ordre royal du Cambodge
 

Source web

 

Visite de l’amiral Auboyneau aux hommes du commandant Kieffer / Source web

 

 

 

 

Complément reçu, en rapport au Cabinet de l'Amiral :

 

Ces 12 jeunes femmes ont été affectées comme conductrices d'ambulances au cabinet de l'amiral Auboyneau .

Sur la photo, Odette Burgun née Colombi au premier rang  6° en partant de la gauche vers la droite (accroupies).
Christiane Podmore epse Barstow au 2eme plan 5° en partant de la gauche vers la droite (debout).


Cette photo a été prise dans l'enceinte de l'amirauté aux environ d'avril 1944. Parties d'Alger sur le QUERCY , un ancien bananier transformé en transport de troupes elles sont restées environ 3 semaines à Albanova ou une partie de la première DFL se reproupait . Les fusiliers marins pour leur part stationnaient alors à Tarente et Brindisi. Elles ont ensuite voyagé à bord d'un liberty ship de Naples à Cavalaire.

Arrivées en France, elles ont porté l'uniforme kaki de l'armée féminine américaine avec le bonnet marin ou le tricorne de la Marine Française.

 

Remerciements Patrick Burgun (Fils d'Odette Burgun)

Autres informations sur les infirmières lors de la 2ème guerre mondiale / Lien web

 

Fiche sur site Compagnon de la Libération / Lien web

 

 

 

Extrait Cols Bleus / 6 janvier 1961

 

Source / Lien web

 

 

Remerciements Patrick Venot

Remerciements Bernard Dulou

 

 

Retour Officiers et anciens élèves

 

     

 

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://www.gitesclossaintjouin.com    http://staffie.tribu.griola.free.fr

 

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010 - MERCI à TOUS !