-------

-------

-------

-------

---------

---------

----------

-----------

 

 

- Biographies / Fusiliers marins et Commandos  -

 


 

Raymond Léon RANGUET

(1923 - 1944)

 

Archive Musée Fusiliers Marins

 


Né le 5 mars 1923 à MAROLLES sous LIGNIERES (Aube) - Décédé le 8 septembre 1944 à DRACY SAINT LOUP (Saône et Loire)

 

Engagement dans la France Libre en juin 1943

Matricule  : 5053 T42
 

Matelot sans spécialité

 

1er RFM

 

3 septembre 1944

Archive Musée Fusiliers Marins

 

 

"...Une mitrailleuse est mise en batterie face au Nord ; elle entre en action presque aussitôt. Encore une traction, mais qui s'arrête immédiatement. Flegmatique et souriant, il en sort un beau Lieutenant de la Luftwaffe.

-Vite, la Jeep ! REGEREAU, allez le chercher ! L'Allemand lève les bras devant le colt du chef de Jeep mais celui-ci, imprudent, s'avance trop près et le boche le désarme d'une torsion et tire... raté....Froidement, il réarme et loge deux balles dans la tête de REGEREAU.

RANGUET, le chauffeur de la Jeep, a saisi sa mitraillette... trop tard ! Il s'écroule, frappé de deux balles au ventre et l'officier allemand, plongeant à travers une haie, disparaît. Il faut reconnaître honnêtement qu'il a bien droit à sa croix de fer.

Tout cela s'est passé si vite que personne n'a pu intervenir et PALAVAS, lui-même, de première force à la carabine, s'est abstenu, de peur de toucher l'un des nôtres."

Source web

 

 

 

 

La mort de Ranguet, témoignage posthume de Jean Candelot

La Jeep de Régereau est devant, voici des Chleuhs avec un officier, quelques rafales… Les ennemis ont disparu et Régereau a fait l’officier prisonnier. Ils sont à une centaine de mètres devant nous, la Jeep fait demi-tour, Régereau révolver au poing marche devant le véhicule, le prisonnier à son côté droit. Tout-à-coup celui-ci bouscule Régereau, lui prend son arme et tire ; Régereau s’effondre sur la chaussée et le prisonnier a aussitôt tiré sur le chauffeur, Ranguet, qui est atteint de deux balles au ventre et la Jeep passe sur le corps de Régereau. Tarius, le mitrailleur, a eu le temps de sauter avec son arme et ça pète de partout ; les Allemands se sont infiltrés, ils nous débordent et nous obligent de reculer. Nous contre-attaquons quelques minutes après, récupérons les deux corps. Ranguet est encore vivant, Tarius a disparu. Nous sommes assaillis de tous côtés ; un véhicule ennemi arrive, je dégoupille une grenade, la laisse tomber sur la route : elle explose lors de son passage et on se replie sur le village. Nous avons ramené Ranguet dans une maison et mis sur un lit, il a pris des balles dans le ventre ; je vais le voir car il est mon « pays», avec moi c’est le seul Ardennais [du régiment] ; il a sa connaissance et veut me parler. Je savais qu’il avait une petite-fille sans être marié mais il meurt sans avoir rien pu me dire.

Source web

 

 

Mentionné sur le monument aux morts d'Acy-Romance (Ardennes)

 

 

Mise à jour / 11 novembre 2017

 

 

 

Retour liste Morts pour la France / 1er BFM - 1er RFM

 

     

http://www.serpent-a-lunettes.com  -  http://www.nommo.fr

La reproduction pour un usage privé est autorisée. Toute diffusion est soumise à l'autorisation du webmestre, créateur et propriétaire de ce site, voir mentions légales !

http://lalandelle.free.fr    http://tcd.bpc.free.fr   http://cvjcrouxel.free.fr   http://staffie.tribu.griola.free.fr  http://tcdorage.free.fr       

 

   visiteurs depuis la création de ce site internet en mars 2010 - MERCI à TOUS !